Regions Liège

Au Val-Benoît, trois ruches "connectées" sur le toit d'un bâtiment provincial

L’un des trois immeubles où la Province de Liège a connecté ses ruchers
20 mai 2021 à 13:29Temps de lecture1 min
Par Michel Gretry

Depuis plusieurs années déjà, le gouvernement provincial soutient les apiculteurs liégeois. Il a financé par exemple une miellerie mobile qui mutualise les moyens d’extraction. La dernière initiative a consisté à installer sur les toits de trois immeubles, en ville, des ruches connectées.

Elles sont munies de capteurs de températures et d’humidités, intérieures et extérieurs, pour suivre à distance, l’activité des abeilles. Un détecteur de chocs, une webcam et une balance complètent l’équipement. Comme l’explique Christophe Close, responsable du projet, " avec la mesure du poids, nous pouvons vérifier l’état de la miellée ; et avec le temps maussade de ce mois de mai, nous pouvons voir si les abeilles ne sont pas trop occupées à manger ce qu’elles ont pu récolter pendant les quelques beaux jours du tout début du printemps. Les autres données nous renseignent sur le couvain, la santé de la ruche de manière générale, et nous indiquent s’il faut intervenir ou pas : ça nous permet de ne pas déranger les abeilles inutilement, et ce sont elles les premières bénéficiaires".

Et à Wégimont, un centre d'insémination

Un logiciel de traitement des informations aboutit à un véritable registre d'élevage. L'outil a également une vocation didactique, puisque des projets pédagogiques peuvent se monter avec des classes ou des écoles. L'intérêt de protéger ces bestioles, véritables sentinelles de la biodiversité, n'est plus à démontrer. 

Les ruches connectées, ce n'est pas une action isolée: le domaine de Wégimont abrite un centre d'insémination artificielle, afin de sélectionner les abeilles qui résistent le mieux à la varroase, cette maladie parasitaire qui décime les ruchers. 

Articles recommandés pour vous