RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Bruxelles

Auderghem au cœur du street art belge

01 avr. 2022 à 04:59Temps de lecture1 min
Par Geoffroy Fabré

L’exposition Vapors 4.0 s’est ouverte au centre culturel d’Auderghem. Il s’agit déjà de la quatrième édition de cette biennale du street art et du graffiti en Belgique. L’exposition est composée de 50 tableaux originaux réalisés par des artistes issus de la scène street art et graffiti belge. " L’idée c’était de présenter un panel d’artistes assez large, explique Julien Pilot du collectif Propaganza qui organise l’expo. La seule contrainte c’était le format, le même pour tout le monde. L’objectif c’est de présenter 50 artistes différents avec 50 styles différents pour qu’il y en ait pour tous les goûts. On a mélangé les artistes connus avec des artistes émergents, la sélection s’est faite au feeling, ça fait dix qu’on travaille avec notre association on a donc un bon réseau en Belgique. " En une dizaine d’années, le collectif Propaganza s’est imposé dans la réalisation de fresques dans l’espace public. Avec de nombreux artistes graffitis ils ont déjà redécoré 17 gares dont celles du Vivier d’Oie à Uccle ou celle de Mérode. Une activité qui leur donne une bonne vision de la scène graffiti en Belgique.

Propaganza

Des communes plus réceptives

Avec leurs expositions " Vapors ", le collectif Propaganza vient à la rencontre de publics moins habitués au graffiti. Après s’être installée à Uccle, l’exposition Vapors pose ses toiles au centre culturel d’Auderghem. " C’est assez sympa de voir qu’une commune comme Auderghem s’ouvre au street art et au graffiti, poursuit Julien Piloy. On voit qu’on arrive à réveiller certaines communes et qu’elles s’ouvrent à tout ça, c’est important aussi que des centres culturels s’ouvrent à des nouvelles choses car on est encore souvent confrontés dans ces institutions à des vieilles habitudes, mais on essaie de faire bouger tout ça pour le moment. "

L’exposition Vapors 4.0 est à voir au centre culturel d’Auderghem jusqu’au 13 avril, l’accès est gratuit.

Sur le même sujet

Un nouveau mur d’expression libre pour les graffeurs à Mons

Regions

Articles recommandés pour vous