Icône représentant un article audio.

Sur un air de cinéma

Audrey Hepburn, l’ange innocent, la reine de l’élégance

Sur un air de cinéma

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

24 oct. 2022 à 12:56 - mise à jour 20 janv. 2023 à 07:51Temps de lecture120 min
Par Pascale Vanlerberghe

Nous commémorons ce 20 janvier les trente ans de la disparition d'Audrey Hepburn, véritable icône du septième art. À l’occasion de la parution de l’ouvrage Audrey Hepburn, une star pour tous de Pierre Charpilloz, Pascale Vanlerberghe invitait en octobre 2022 le journaliste et écrivain français dans Sur un air de cinéma, et nous replongeait dans les plus belles bandes-originales accompagnant les films d’Audrey Hepburn.

Audrey Hepburn, alias Holly Golightly, se tient devant la bijouterie Tiffany à New York. Il est 5 heures du matin. Dans sa petite robe noire, elle aura marqué le monde entier.

Parmi ses plus beaux rôles : la princesse Ann dans Un cœur et une couronne, le film sur la liberté après la guerre ; Sabrina, la fille du chauffeur d’une famille riche qui tombe amoureuse de leur fils cadet. "Vous visez toujours les étoiles", dit son père. "Non, père," répond-elle, "les étoiles me tendent la main". Et c’est vrai, malgré une enfance tourmentée notamment par l’absence d’un père, Audrey Hepburn rêve d’être ballerine. Elle ne le sera jamais, mais elle aura l’occasion de se produire dans une comédie musicale qui la fera repérer pour incarner son premier rôle au cinéma.

Breakfast At Tiffany
Breakfast At Tiffany © Tous droits réservés

De là se succéderont des films inoubliables, dont Vacances romaines de William Wyler, ou parmi tant d’autres, Diamants sur canapé de Blake Edwards ou le très beau Au risque de se perdre de Fred Zinnemann.

Avec Audrey Hepburn, Hollywood a sans doute gagné sa star la plus européenne : elle est née en Belgique, a grandi aux Pays-Bas et a gardé son passeport britannique toute sa vie. Les filles du monde entier l’imitent encore aujourd’hui.

Elle incarnait la joie de vivre, l’élégance, la séduction innocente. Et pourtant dans son regard et son sourire, on y décelait toujours un brin de mélancolie. Malgré un Oscar, pour Vacances romaines de William Wyler en 1954, elle restera humble et ne se verra jamais comme une icône du cinéma classique.

Auréolée de gloire, elle quittera pourtant le cinéma sans aucun regret pour se consacrer pleinement à son rôle d’ambassadrice de l’UNICEF.

Audrey Hepburn
Audrey Hepburn © Bettmann Archive – Bettmann via Getty Images

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous