RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Augmentation des prix des aliments : l’inquiétude chez les traiteurs à l’approche des fêtes

Les plats pour les fêtes coûteront plus cher que l'année dernière chez les traiteurs.
24 nov. 2021 à 14:39Temps de lecture1 min
Par Chloé Hannon avec Natacha Mann

Dinde farcie, produits de la mer et mets raffinés : les rayons des traiteurs sentent déjà bon les fêtes de fin d’année. À quelques semaines du réveillon, la préparation a commencé, mais pas sans inquiétudes. En plus du contexte sanitaire et de la crainte d’annulations de dernière minute vient s’ajouter la hausse des produits de bouche. Cette année, le repas de Noël ou de la nouvelle année risque de coûter plus cher.

Benoit Simonis est traiteur à Liège. Les mains dans la farce, il explique qu’une dinde coûtera environ 5% de plus qu’en 2020. La plus grosse augmentation concernera les produits de la mer : "Le prix augmente à cause, à mon avis, des chalutiers et de l’énergie. L’autre problème, c’est l’incertitude de prix. Nos fournisseurs ne savent pas nous donner exactement le prix de vente en poisson frais par exemple, pourtant nous devons remettre prix à nos clients maintenant. Pour le poisson, on peut s’attendre à une augmentation de plus de 20%." Le coût pour un plat au foie gras ou au gibier devrait en revanche rester stable.

Pour le poisson, on peut s’attendre à une augmentation de plus de 20%.

Le coût des contenants en hausse également

Le prix des contenants a augmenté de 20%.
Le prix des contenants a augmenté de 20%. RTBF

Les emballages flambent également. Si auparavant une barquette plastique coûtait 0,34€ à Benoit Simonis, il doit aujourd'hui débourser 40 centimes pour acheter un contenant. Une hausse de 20%. Et avec le covid, le cuisinier s'attend à devoir concocter davantage de plats individuels : "Lorsque vous avez 150 personnes dans une salle, ils consomment 150 assiettes qui seront lavées. Si ces 150 personnes viennent chez un traiteur et viennent chercher de l’empoté, ils s’en vont avec 150 raviers. Déjà écologiquement ce n’est pas l’idéal, mais économiquement ça coûte plus cher aussi."

Nous devons augmenter nos produits de 10 à 15%

Résultat, si le traiteur ne tient pas à diminuer sa qualité, il n'a pas le choix : ses menus coûteront de manière générale un peu plus cette année. "Nous devons augmenter nos produits de 10 à 15%. J’espère que les clients comprendront que vu l’état actuel des choses, nous sommes obligés de suivre nos fournisseurs et nos petits artisans", souffle Françoise Baillien, vendeuse chez ce traiteur.

Sur le même sujet

Le Royaume-Uni en manque de bouchers, les tables de Noël menacées : "Il y aura des pénuries d'aliments festifs"

Près de la moitié des aliments préemballés ont un poids net inférieur à celui indiqué

Articles recommandés pour vous