RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Augmenter la quotité exemptée d’impôts pour augmenter les salaires nets ? Voilà la volonté du MR

La cheffe de groupe MR au Parlement bruxellois, Alexia Bertrand, s’est exprimée sur la façon dont il faudrait s’y prendre pour augmenter le salaire poche des travailleurs.

Pour faire face à la hausse des prix, la Belgique a recours à un principe d’indexation des salaires. Mais les salaires augmentent-ils suffisamment et suffisamment vite pour faire face au taux record de 8,97% d’inflation ?

Pour le chef de groupe PS à la Chambre, Ahmed Laaouej, et la cheffe de groupe MR au Parlement bruxellois, Alexia Bertrand, il convient de les augmenter davantage. Et pour cela, chacun y va de sa stratégie.

"Il faut reprendre la fameuse loi de 2017 qui a mis dans un carcan les négociations salariales et redonner aux syndicats le pouvoir de négocier", affirme Ahmed Laaouej sur le plateau de "QR le débat". ""En moyenne", on observe que ça ne se passe pas bien dans les entreprises. Mais ce n’est pas une question de moyenne. Il faut voir secteur par secteur, grande entreprise par grande entreprise qui profite de la crise. Nous avons d’ailleurs déposé une proposition de loi pour taxer les surprofits et pouvoir ainsi refinancer l’Etat, voire même diminuer les impôts des travailleurs puisque c’est une façon d’augmenter les salaires nets des travailleurs."

Cependant, le chef de groupe précise être toujours favorable à l’idée d’augmenter les salaires brut. "Cela paiera leur pension et les soins de santé."

Ahmed Laaouej : "Nous voulons taxer les surprofits pour refinancer l'Etat et diminuer l'impôt des travailleurs"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Ce qu’il faut faire", réagit pour sa part Alexia Bertrand, "c’est travailler sur la différence entre le coût salarial et le net en poche. J’entends que l’indexation n’est pas suffisante, mais en attendant, elle représente une augmentation de 8,8% en Belgique ces deux dernières années par rapport à une augmentation de 7,6% dans les pays voisins. Si nous augmentons le salaire brut des entreprises, nous aurons un problème. Un boulanger qui a trois employés ne saura pas augmenter ses salaires, ce qui impactera l’emploi. Les entreprises qui exportent doivent être concurrentielles mais ne sauront plus être compétitives, ce qui implique un risque de délocalisation, de perte d’emploi et un risque de faillite."

Puisque nous sommes parmi les pays de l’OCDE les plus taxés, rappelle la cheffe de groupe, il faudrait "augmenter la quotité exemptée d’impôts de 9.000 à 12.000 € et supprimer les tranches de 45 à 50%" pour augmenter le salaire-poche des travailleurs. "Aujourd’hui, 90% des actifs paient la tranche la plus élevée des impôts. Trouvez-vous cela normal ?"

Alexia Bertrand explique sa stratégie pour augmenter le salaire-poche des travailleurs

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Augmentation des quotités exemptées des impôts proposée par le MR : de combien augmenterait votre "salaire-poche" ?

Economie

D’après Georges-Louis Bouchez, la création d’emploi est "la seule solution pour réduire le déficit public"

Politique

Articles recommandés pour vous