RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde Océanie

Australie : le Premier ministre s'excuse pour les abus sexuels en politique

08 févr. 2022 à 11:18Temps de lecture1 min
Par Belga

Le Premier ministre australien a présenté ses excuses mardi pour le harcèlement sexuel, les agressions et les brimades généralisés au sein du personnel politique, un an après des accusations de viol qui ont secoué le pays.

S'adressant aux députés, Scott Morrison s'est excusé directement envers l'ancienne collaboratrice Brittany Higgins, qui avait accusé un collègue de l'avoir violée dans le bureau d'un ministre en 2019.

"Je suis désolé pour Mme Higgins pour les choses terribles qui ont eu lieu ici", a déclaré M. Morrison, décrivant une culture d'abus qui a duré des décennies dans les couloirs du pouvoir.

Un écosystème qui a perpétué "intimidation, abus, harcèlement"

"Mais je suis désolé pour bien plus que ça, pour toutes celles qui étaient avant Mme Higgins et qui ont enduré la même chose".

"Pendant plusieurs décennies, un écosystème, une culture a été perpétuée où l'intimidation, l'abus, le harcèlement, et dans certains cas même la violence, sont devenus normaux", a-t-il déclaré.

Lorsque Mme Higgins s'est exprimée publiquement en janvier 2021, les Australiens ont été choqués par l'agression qu'elle a dit avoir vécue, mais aussi par la façon dont elle a été reçue quand elle s'est confiée à ses patrons.

Elle dit avoir senti une pression pour ne pas aller voir la police avant les élections de 2019 et a décrit une "culture du silence" dans les partis politiques australiens.

Après ces accusations, et celles d'autres collaboratrices qui ont suivi, le gouvernement a lancé plusieurs enquêtes.

L'une d'elles, l'étude Jenkins de 450 pages, a révélé qu'une personne sur trois travaillant actuellement dans les bâtiments du gouvernement et du parlement a été victime de harcèlement sexuel pendant qu'elle y travaillait.

"Cela doit changer. Cela change. Et je crois que cela va changer", a lancé M. Morrison dans son discours au parlement.

Le chef de l'opposition Anthony Albanese a aussi présenté ses excuses à Mme Higgins au nom du Parti travailliste.

Présente dans la tribune des spectateurs, Mme Higgins s'est montrée émue pendant les discours. Elle était entourée de trois autres anciennes collaboratrices qui avaient dénoncé des agressions, et deux militantes des droits des femmes.

 

Sur le même sujet

"Je me suis sentie honteuse, violée, sale": une enquête parlementaire décrit les agressions sexuelles dans le secteur minier australien

Monde Océanie

Le Premier ministre australien accuse la Chine d'un "acte d'intimidation"

Monde Océanie

Articles recommandés pour vous