RTBFPasser au contenu
Rechercher

Aux origines de la Pride : la répression policière de Stonewall

19 mai 2022 à 06:15 - mise à jour 10 juin 2022 à 09:49Temps de lecture2 min
Par Culture Club

Plus que quelques heures avant la Belgian Pride, qui se déroule le 21 mai à Bruxelles. Mais au fond, savez-vous d’où vient cette fête destinée à mettre en avant la culture LGBTQIA + ? On vous raconte !

Pour la Pride, tout a commencé à New-York dans les années 60. À cette époque, l’homosexualité est encore un délit aux Etats-Unis, comme dans plein d’autres pays d’ailleurs. La répression va donc bon train et la police fait régulièrement des descentes dans les bars afin d’arrêter les "illégaux".

Mais leurs arrestations ne se limitent pas aux homosexuels : en plus d’arrêter les personnes dansant avec une personne de même sexe, la police arrête aussi les barmen qui leur servent de l’alcool et les personnes qui portent des vêtements réservés à l’autre sexe.

La mafia, ses bars clandestins et ses pots-de-vin

Face à cette surveillance accrue des bars, la mafia flaire le bon filon et ouvre des bars clandestins, dans lesquels tout le monde est le bienvenu, qu’il soit gay, trans, lesbienne ou autre… Cette démarche pourrait sembler altruiste mais la mafia y a surtout repéré un bon moyen de gagner beaucoup d’oseille : toutes les personnes contraintes de se cacher pour ne pas finir en prison vont devenir clientes de ces bars et consommer. En contrepartie, la mafia arrose la police avec de généreux pots de vin afin qu’elle ne vienne pas contrôler les bars concernés.

Loading...

Jusqu’au jour où le maire de New York, John Lindsay, décide de fermer tous les bars tenus par la mafia. Objectif : montrer qu’il est un politique qui n’a pas froid aux yeux… ce qui peut être utile quand on est candidat à sa propre succession !

Une descente et quelques pavés plus tard…

Le 28 juin 1969, des policiers font donc une descente au Stonewall Inn, un des bars tenus par la mafia qui deviendra un des lieux symboliques de la lutte LGBTQIA +. Contre toute attente, les clients se rebellent en lançant des pavés sur les policiers.

Plusieurs légendes circulent au sujet de cette rébellion massive : certains disent que l’artiste lesbienne Storme de Larverie aurait commencé la révolte, d’autres prétendent que c’est l’artiste transgenre Marsha P. Johnson qui aurait lancé la première brique, d’autres encore que ce serait Silvia Rivera. Quoi qu’il en soit, ces 3 personnes sont devenues des symboles de la lutte pour les droits LGBTQIA +. 

Stonewall Inn, lieu symbolique de la lutte LGBTQIA +

Pendant six nuits, 2000 personnes vont faire face à 400 policiers, et Stonewall Inn va ainsi devenir un lieu symbolique de la lutte pour les droits LGBTQIA +. Car peu de temps après ces nuits de rébellion, est créé le Gay Liberation Front, dans lequel seront présents les deux activistes Craig Rodwell et Brenda Howard. C’est à eux qu’on doit l’idée d’une marche géante qui viser à clamer haut et fort les droits des personnes LGBTQIA +.

Le 28 juin 1970, soit un an jour pour jour après les événements de Stonewall, a lieu la première Pride de l’histoire, dans les rues de New York. Au début, la marche s’intitule la Christophe Street Gay Libération Day. Il faut attendre quelques années avant que la marche ne soit renommée en "Pride", terme qui évoque très clairement la "fierté" de son identité que veut promouvoir cette marche. Une identité qu’on ne devrait jamais avoir à cacher.

La Belgique et sa Pride

La marche new-yorkaise va beaucoup évoluer et surtout faire des petits, d’abord dans d’autres villes américaines et puis dans d’autres pays. En Belgique, la première marche a eu lieu en 1978 à Anvers, sous forme d’événement plus confidentiel qu’aujourd’hui : moins de monde et un public d’abord plus flamand. Il a fallu attendre 1996 pour que Bruxelles devienne le lieu officiel de cette marche et 2010 pour que la marche soit nommée "Pride" comme aux USA.

Cette année, la Belgian Pride a lieu le 21 mai, et défendra, comme depuis sa création, l’inclusivité, le respect et l’égalité… Une marche festive visant à faire évoluer les consciences.

Sur le même sujet

Des milliers de personnes dans les rues de Berlin pour le Christopher Street Day

Monde Europe

L’évolution de la représentation de la communauté LGBTQIA + dans le monde du gaming

iXPé

Articles recommandés pour vous