RTBFPasser au contenu
Rechercher

On n'est pas des pigeons

Avec la crise sanitaire, les assureurs rappellent leur soutien aux secteurs les plus touchés

Business people negotiating a contract

Dans les secteurs qui ont beaucoup souffert comme l'HoReCa, les métiers de contact, l'événementiel, la culture ou encore les salles de sport, l'intention des assureurs est d'apporter un soutien aux entreprises les plus touchées.

Pas question de généralité, chaque situation est différente d'une entreprise à l'autre. L'assuré est encouragé à faire la démarche lui-même, ce sera du cas par cas.  

​​​

Le cas du Barnabeer, bar à bières à Namur

Si, actuellement, le Barnabeer engage cinq employés et cinq étudiants temps-plein, le bar a été fermé et est resté sans chiffre d'affaires de longs mois pendant la crise. Pour venir en aide à son assuré, le courtier a bien fait son travail.

Ici, il (notre courtier) a même obtenu un report jusque septembre. Mais tout devra être payé en septembre.

Lydwine Thyberghien, gestionnaire du Barnabeer, raconte: " Il s'est vraiment chargé de tout, d'un premier puis d'un second report. Ici, il a même obtenu un report jusque septembre. Mais tout devra être payé en septembre. "

L'entreprise a pu récupérer un peu d'argent.

C'est vrai que la diminution en tant que telle, n'est pas énorme.

Lydwine Thyberghien précise que le package a été réévalué. " On a été remboursés, alors qu'on n'avait pas encore payé notre assurance. Ce n'était pas mal de la part de la compagnie, maintenant, c'est vrai que la diminution en tant que telle, n'est pas énorme."

Un soutien aux entreprises les plus touchées

Du côté d'Assuralia, on se veut rassurant. Si les entreprises ont connu des difficultés, il faut en parler avec l'assureur. On trouvera des solutions: des reports de primes, des révisions de primes si les assurances ne correspondent plus à la situation vécue actuellement.

Ici, c'est une question de s'adapter aux circonstances. Au cas par cas. En fonction des particularités. Et des difficultés qui ont été vécues.

Wauthier Robyns, porte-parole chez Assuralia: " Je pense aux restaurants. Certains n'ont pas eu d'autres choix que de fermer. D'autres ont fait du take-away, d'autres des livraisons à domicile. Ici, c'est une question de s'adapter aux circonstances. Au cas par cas. En fonction des particularités. Et des difficultés qui ont été vécues."

Un soutien également aux particuliers

Le  message s'adresse aussi aux particuliers qui n'ont pas eu de rentrée lors de la crise sanitaire.

" L'idée n'est pas de travailler à l'aveugle et de donner des avantages à des personnes qui n'ont pas traversé de difficultés. Il y en a eu également. Mais véritablement de s'adresser et de manière prioritaire aux secteurs que chacun sait qu'ils ont été les plus affectés par la crise. ", conclut Wauthier Robyns.

Un gros effort supplémentaire

En 2020, l'effort de régularisation pour les assureurs s'élève déjà à 100 millions d'euros en accident de travail, et 50 millions sur les assurances de responsabilité.

Cette aide possible d'allégement dans les secteurs les plus touchés se poursuit aussi en 2021.

 

 


Retrouvez "On n'est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30 sur la Une et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Articles recommandés pour vous