Avec la hausse des prix des carburants et de l’énergie, est-il plus intéressant de déclarer les frais réels plutôt que d’opter pour les frais forfaitaires ?

Illustration – Pour que le recours aux frais réels soit intéressant, il faut que leur total dépasse la déduction de frais forfaitaire dont bénéficient automatiquement tous les contribuables.

© Tous droits réservés

27 avr. 2022 à 09:29 - mise à jour 27 avr. 2022 à 12:30Temps de lecture2 min
Par C. Biourge avec M. Gassée

Il va bientôt être temps de remplir sa déclaration fiscale et avec l’envolée des prix des carburants, du chauffage et l’essor du télétravail, beaucoup de contribuables se demandent s’ils ont intérêt ou non à déclarer leurs frais réels.

Pour que le recours aux frais réels soit intéressant, il faut d’abord que leur total dépasse la déduction des frais forfaitaires dont bénéficient automatiquement tous les contribuables : 30% du revenu professionnel (revenu brut moins les cotisations sociales) avec un maximum de 4920 euros.

Souvent peu intéressant pour les employés

Avec un tel forfait, pour les salariés, il est rarement intéressant de passer aux frais réels, constate le fiscaliste Jean-François Balteau, car les frais réels dépassent rarement cette limite de 30% : "Il est clair que pour quelqu’un qui habite à 5 km de son lieu de travail il va avoir difficile à justifier pour X centaines ou même milliers d’euros de frais professionnels. Maintenant, s’il habite plus loin effectivement, on peut arriver à dépasser cette limite de 30%. Et à ce moment-là, il est intéressant effectivement de faire le calcul des frais professionnels réels".

Autrement dit, il faut bien faire ses calculs. Et même si, avec le télétravail, d’autres frais déductibles sont venus s’ajouter (frais de chauffage, l’utilisation d’un bureau à domicile, la connexion internet ou encore la ligne téléphonique), ce fiscaliste rappelle que "souvent l’employeur a donné une indemnité pour ce genre de frais et donc, si vous appliquez vos frais professionnels réels, vous êtes obligés de déduire les frais que vous percevez de votre employeur". Ce qui réduit, du coup, les frais réels.

Et d’ajouter : "Il y a une autre chose, c’est que vous avez un forfait, je pense, qui est encore de 400 euros de frais propres à l’employeur. Ce forfait, qui n’est pas taxé, saute automatiquement si vous faites les frais professionnels réels".

Pour les indépendants, par contre, c’est sans doute plus intéressant, surtout en cette période avec les prix des carburants qui ont explosé, car les frais déductibles sont plus nombreux. Mais comme pour les salariés, mieux vaut faire ses calculs.

Ce qu’il faut savoir aussi

Néanmoins, si, "par erreur, vous rentrez des frais professionnels réels inférieurs au forfait, cela va être corrigé automatiquement par l’administration", précise Jean-François Balteau.

Reste que si vous optez pour les frais réels, il faut absolument garder tous les justificatifs, "ce qui est quand même du boulot !"

Ce fiscaliste rappelle aussi que le remboursement des frais de déplacement est toujours limité à 0,15 euro, "ce qui est un scandale puisque cela ne rembourse même pas le prix de l’essence !"

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous