Viva Week-End

Balade de Carine : Colombey-les-deux-Eglises

Balade de Carine : Colombey-les-deux-Eglises

© © Tous droits réservés

07 avr. 2017 à 06:00Temps de lecture2 min
Par Cbre

Un joli petit village paisible avec de charmantes maisons de pierre fleuries à la belle saison, des commerces, quelques exploitations vinicoles, … vous êtes à Colombey-les-Deux-Eglises, la patrie de Charles de Gaulle

En 1934, le président français acquiert la Boisserie, une modeste demeure sertie d’un grand parc légèrement et fleuri. De son bureau, le chef d’état profite d’une vue imprenable sur la région dans laquelle son regard se perd et ses idées créatrices fusent.

La maison est simple et la décoration quelque peu austère dépourvue de tout confort superflu : il n’y a pas d’eau courante ni d’électricité ! A sa nomination à l’Elysée, on y installe le téléphone dans un petit cagibi peu confortable près du hall d’Entrée. Lorsqu’il était à Colombey, le président reçoit une fois par jour un appel de ses collaborateurs pour faire le point sur ce qu’il s’est passé à l’Elysée et en France ce jour. Les communications étaient courtes parce que le président n’aimait pas les dépenses superflues.

 

C’est à la Boisserie que de Gaulle passera ses douze années de traversée du désert avant d’accéder à l’Elysée. Pendant son mandat présidentiel, il appréciera le calme et le bonheur des week-ends en famille à Colombey. Avec Anne, sa fille handicapée, il y nouera des contacts privilégiés. A Colombey, le général profitait du bonheur en famille, jardinait ou se promenait dans le village dont il aimait le calme et l’authenticité. On le voyait souvent discuter avec les habitants du coin. Les plus anciens se souviennent encore de ce personnage qui 45 ans après sa mort, fait toujours vivre les commerces du village.

Il ne recevra qu’un seul chef d’état à la Boisserie : Adenauer, pour renouer les liens avec l’Allemagne et amorcer la réconciliation d’après-guerre.

 

En visitant le Mémorial Charles de Gaulle, on apprend que l’ancien président français a tissé plusieurs liens avec notre pays. Il a étudié plusieurs mois à Antoing près de Tournai et il y a une trentaine d’années, il a aussi insufflé l’idée de préserver des régions en leur attribuant le label de Parc naturel. La charte des parcs naturels belges fête ses vingt cette année.

 

Selon son souhait, le président fut enterré dans son village de coeur. Sa tombe, gardée par la gendarmerie est fleurie à profusion comme si son décès datait d’hier. En 1972, 67 pays ont contribué financièrement à l’édification de la Croix de Loraine. En 1954, Charles avait confié à André Malraux son rêve de voir construire après sa mort une croix de Loraine sur la plus haute colline de la région.

 

www.memorial-charlesdegaulle.fr pour les infos et les tarifs.

www.colombey-les-deux-eglises.com pour préparer un séjour que vous ne regretterez pas !

 

Sur le même sujet

La balade de Carine : découvrez l’Avesnois au nord de la France à travers le fromage de Maroilles

Viva Week-End

Articles recommandés pour vous