Bangladesh : des milliers de Rohingyas dénoncent leurs conditions de vie sur une île battue par les cyclones

Les réfugiés rohingyas sont relogés sur l'île de Bhashan Char, dans le district de Noakhali. Le gouvernement du Bangladesh veut envoyer des milliers de réfugiés rohingyas du Myanmar supplémentaires sur une île isolée du golfe du Bengale

© AFP/BELGA

31 mai 2021 à 13:44Temps de lecture4 min
Par Belga

Plusieurs milliers de réfugiés rohingyas se sont "rebellés" lundi pour dénoncer leurs conditions de vie sur Bhashan Char, une île limoneuse battue par les cyclones au large du Bangladesh, lors d'une visite d'une délégation des Nations unies, a indiqué la police.

Jusqu'à 4.000 personnes, selon la police, ont participé à ce mouvement de protestation durant une visite d'inspection de responsables de l'agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

"Les Rohingyas (...) se sont rebellés dès que les représentants du HCR ont atterri (sur l'île) en hélicoptère aujourd'hui", a déclaré à l'AFP Alamgir Hossain, chef de la police locale. "Ils demandent à ne pas vivre ici".

"Ils ont cassé les vitres des entrepôts en lançant des pierres. Ils se sont attaqués à la police", a-t-il poursuivi. 

Un réfugié rohingya a confirmé à l'AFP que des briques avaient été lancées et que la police les avait empêchés d'entrer dans un bâtiment où se trouvait la délégation du HCR. 

Ils demandent à ne pas vivre ici

Un militant international des droits de l'homme a indiqué que la police avait utilisé des matraques pour disperser les manifestants. Citant des sources rohingyas, il a déclaré que plusieurs manifestants avaient été blessés. Mais la police a rejeté cette affirmation.

Selon un porte-parole de la police, les manifestants rohingyas ont attaqué des policiers, en blessant plusieurs. Ils ont également endommagé des voitures sur l'île, a-t-il dit.


A lire aussi Réfugiés Rohingyas: une vidéo révèle la cruauté des passeurs en mer


 

Sujet JT du 28 décembre 2020:

Bengladesh: transfert de Rohingyas sur une île

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Une porte-parole du HCR a confirmé qu'une délégation, comprenant le Haut-Commissaire adjoint pour les opérations et le Haut-Commissaire adjoint pour la protection, avait visité Bhasan Char, avec l'aide du gouvernement du Bangladesh.

"La délégation du HCR a pu rencontrer de nombreux réfugiés et écouter les différentes questions qu'ils ont soulevées et dont la délégation discutera avec les autorités du Bangladesh", a-t-elle indiqué.

Elle a précisé que la délégation était maintenant arrivée à Cox's Bazar et qu'elle visiterait les camps de réfugiés rohingyas mardi, avant de retourner à Dacca pour rencontrer de hauts responsables du gouvernement.

La plupart de ces réfugiés ont fui leur pays, la Birmanie voisine, en 2017, où une offensive militaire était menée contre eux avec une "intention génocidaire", selon les conclusions des enquêteurs de l'ONU. 


A lire aussiBirmanie: l'exode des Rohingyas vers le Bangladesh expliqué avec des cartes


Depuis décembre, les autorités du Bangladesh ont transféré quelque 18.000 réfugiés rohingyas depuis les camps de Cox's Bazar jusqu'à l'île de Bhashan Char. Le projet des autorités prévoit le transfert de 100.000 Rohingyas sur les 850.000 qui vivent dans la désolation des camps de Cox's Bazar. 

L'ONU a déclaré ne pas avoir été impliquée dans ce processus.

Dès le premier transfert à Bhashan Char, le 4 décembre, plusieurs Rohingyas avaient raconté à l'AFP avoir été battus et menacés pour qu'ils consentent à être relogés sur l'île inondable. 

Des groupes de défense des droits de l'homme se sont fait l'écho de ces accusations que le gouvernement du Bangladesh a aussitôt rejetées, affirmant en outre que l'île était sûre et ses installations bien plus confortables que celles de Cox's Bazar. 

Les Rohingyas sont dans une situation désespérée là-bas

La police a indiqué à l'AFP qu'au moins 49 Rohingyas, dont des femmes et des enfants, avaient été arrêtés ces dernières semaines après avoir fui l'île. Mais selon les dirigeants rohingyas, des dizaines voire des centaines de Rohingyas se sont échappés et sont retournés à Cox's Bazar.

Un homme a déclaré à l'AFP sous couvert d'anonymat avoir quitté l'île en nageant puis en montant à bord d'un bateau de pêche, moyennant 300 dollars.

"Les Rohingyas sont dans une situation désespérée là-bas. Les (camps) de Cox's Bazar sont mille fois mieux que Bhashan Char", a-t-il déclaré.

Des réfugiés rohingyas sont assis sur un navire de la marine du Bangladesh alors qu'ils sont relocalisés sur l'île controversée de Bhashan Char, sujette aux inondations dans la baie du Bengale, à Chittagong, le 29 décembre 2020.
Des réfugiés rohingyas sont assis sur un navire de la marine du Bangladesh alors qu'ils sont relocalisés sur l'île controversée de Bhashan Char, sujette aux inondations dans la baie du Bengale, à Chittagong, le 29 décembre 2020. © AFP

Depuis décembre, les autorités du Bangladesh ont transféré quelque 18.000 réfugiés rohingyas depuis les camps de Cox's Bazar jusqu'à l'île de Bhashan Char. Le projet des autorités prévoit le transfert de 100.000 Rohingyas sur les 850.000 qui vivent dans la désolation des camps de Cox's Bazar. 

L'ONU a déclaré ne pas avoir été impliquée dans ce processus.

Dès le premier transfert à Bhashan Char, le 4 décembre, plusieurs Rohingyas avaient raconté à l'AFP avoir été battus et menacés pour qu'ils consentent à être relogés sur l'île inondable. 

Des groupes de défense des droits de l'homme se sont fait l'écho de ces accusations que le gouvernement du Bangladesh a aussitôt rejetées, affirmant en outre que l'île était sûre et ses installations bien plus confortables que celles de Cox's Bazar. 

Les Rohingyas sont dans une situation désespérée là-bas

La police a indiqué à l'AFP qu'au moins 49 Rohingyas, dont des femmes et des enfants, avaient été arrêtés ces dernières semaines après avoir fui l'île. Mais selon les dirigeants rohingyas, des dizaines voire des centaines de Rohingyas se sont échappés et sont retournés à Cox's Bazar.

Un homme a déclaré à l'AFP sous couvert d'anonymat avoir quitté l'île en nageant puis en montant à bord d'un bateau de pêche, moyennant 300 dollars.

"Les Rohingyas sont dans une situation désespérée là-bas. Les (camps) de Cox's Bazar sont mille fois mieux que Bhashan Char", a-t-il déclaré.

Extrait de notre JT du 23 mars 2021:

Bangladesh: incendie dans un camp de Rohingyas, au moins 6 morts et plus de 50.000 déplacés

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Des groupes de défense des droits de l'homme se sont fait l'écho de ces accusations que le gouvernement du Bangladesh a aussitôt rejetées, affirmant en outre que l'île était sûre et ses installations bien plus confortables que celles de Cox's Bazar. 

Les Rohingyas sont dans une situation désespérée là-bas

La police a indiqué à l'AFP qu'au moins 49 Rohingyas, dont des femmes et des enfants, avaient été arrêtés ces dernières semaines après avoir fui l'île. Mais selon les dirigeants rohingyas, des dizaines voire des centaines de Rohingyas se sont échappés et sont retournés à Cox's Bazar.

Un homme a déclaré à l'AFP sous couvert d'anonymat avoir quitté l'île en nageant puis en montant à bord d'un bateau de pêche, moyennant 300 dollars.

"Les Rohingyas sont dans une situation désespérée là-bas. Les (camps) de Cox's Bazar sont mille fois mieux que Bhashan Char", a-t-il déclaré.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous