RTBFPasser au contenu
Rechercher

Barock Never Dies : Les Moody Blues et Dvorak

barock never dies

Les Nuits de satin blanc qui ont ému toute la planète en 1968. J’exagère à peine : ''Nights in White Satin'', on pourrait croire que c’est la seule chanson des Moody blues tellement elle est connue ! Une chanson magique, intemporelle. Mais ce qu’on sait peut-être moins, c’est qu’elle a été écrite pour l’album ''Days of the Future Passed'', commandé par leur label avec la demande expresse de réinterpréter une œuvre classique en version rock, en l’occurrence " La symphonie du Nouveau Monde " du compositeur tchèque Antonin Dvorak.

Dvorak : Symphonie n°9 « Du Nouveau Monde » (Orchestre philharmonique de Radio France / Marzena...

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Mais pourquoi une maison de disques voulait-elle absolument leur faire enregistrer la version rock d’une œuvre classique ? Eh bien, comme souvent, c’était pour l’argent. En 1967 on veut enregistrer en stéréo. Et les amateurs de musique classique en sont dingues, tellement ça faisait plaisir d’entendre l’orchestre comme si on y était. Le label venait d’investir dans de l’équipement tout beau tout chaud, et pour le rentabiliser, il a poussé les Moody Blues à faire ce petit pas de côté.

Heureusement, ils n’ont pas accepté de le faire tel quel. Ils sont bien partis de la Symphonie de Dvorak comme on le leur demandait, mais ils en ont fait un album concept. Car c’est aussi la grande époque de l’album concept ! Ce qu’ils ont goupillé, donc, c’est une très sage cohabitation entre le classique et leurs propres chansons, en 7 plages de disques qui retracent la journée banale d’une personne banale, du début du jour jusqu’à la nuit (c’est ça le concept). Et la nuit, c’est ''The Night'', le dernier morceau de l’album. La musique d’origine dure 7 minutes et 26 secondes et elle contient la fameuse ''Nights in White Satin''.

Nights in White Satin - The Moody Blues - in colour!

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Nights In White Satin by the Moody Blues, on my Mellotron M400

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Et ça, c’était le mélotron ! Dans ''Nights in White Satin'', la révolution est aussi entre les mains du claviériste Mike Pinder, pionnier de cet instrument qui est un dérivé de l’orgue Hammond, assemblé sous sa supervision personnelle et qui allait faire fureur dans la suite des années 60 et 70.

L’album a été enregistré avec le London Festival Orchestra et il paraît en novembre 1967. Il est parfois considéré comme le premier album de rock symphonique de l’histoire. Même si l’orchestre, finalement, s’est contenté ici d’assurer les intros, les ponts et les conclusions, en jouant la partition de Dvorak et en incluant un peu les thèmes à gauche et à droite, mais sans trop insister.

Et finalement, bonne idée, parce que les compositions du groupe n’en ressortent que mieux. ''Nights in White Satin'', c’est un 45 tours qui a été vendu à plus d’un million d’exemplaires à l’époque. Et la musique classique donne beaucoup de charme à l’album, la version longue de la chanson se termine par une belle envolée symphonique mais son succès, elle le doit surtout au mélotron, qui deviendra d’ailleurs le son et la signature des Moody Blues.

MOODY BLUES Live at the Royal Albert Hall

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le lundi à 13h45 dans Lunch Around The Clock avec Vanessa Fantinel.

Où sont les points communs entre Bach et les Beach Boys ? Entre un chanteur lyrique et un adepte du chant guttural ? Dans baroque, il y a " rock " : chaque semaine, Barock Never Dies dévoile les généalogies de célèbres titres rock qui ont puisé avec talent dans le répertoire de la musique classique.

 

Sur le même sujet

Barock Never Dies : Metallica Symphonique

Barock Never Dies : Jethro Tull reprend Bach

Articles recommandés pour vous