RTBFPasser au contenu
Rechercher

Barock Never Dies : ''The Globalist'' Muse - Edward Elgar

Barock
29 juin 2020 à 11:45Temps de lecture2 min
Par Vanessa Fantinel

Quand des extraits de musique classique se retrouvent dans des titres rock ou même metal : avis aux grands fans de Muse, et ça m’arrange très bien parce que, parmi les rockers inspirés de musique classique, Muse c’est quand même un gros chapitre.

Et ce n’est pas étonnant puisque les grands fans le savent, Matthew Bellamy a une formation de musicien classique, c’est un excellent compositeur, et on retrouve des références classiques dans plein de ses chansons. On peut aussi faire le rapprochement avec la forme musicale, la longueur des morceaux, qui dépassent parfois largement le format radio (comme en musique classique), et avec sa façon de chanter qui explose les tessitures, avec une voix de ténor capable de moduler sur plus de 3 octaves.

Mais donc, par rapport au classique, je vous ai apporté un joli spécimen, c’est le titre ''The Globalist'' qu’on trouve sur ''Drones'', le 7e album studio du groupe. Une chanson de 10 minutes, pour le coup on est vraiment en format musique classique, et c’est une chanson qui est composée en 3 parties – en classique on dirait ''3 mouvements'', et c’est le troisième qui nous intéresse.

MUSE | The Globalist | Español | HD Ver. Glastonbury 2016

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Matthew Bellamy, ici, cite un de ses compatriotes à cheval sur 19e et 20e siècle, le compositeur Edward Elgar. Elgar c’est une grande figure de la musique nationale anglaise, c’est une vraie superstar du répertoire dans son pays, il a composé des musiques qui sont vécues comme des emblèmes du Royaume-Uni, et le morceau qui nous intéresse c’est un de ses plus connus, dans les ''Variations Enigma''. Une mélodie qu’il avait déjà repiquée chez Beethoven, dans le 2e mouvement de la ''Sonate Pathétique''. Alors, pour vous donner une idée : la mélodie de la sonate pathétique, c’est celle que Michelle Torr chante dans ''Midnight Blue''. Ce que fait Muse ici c’est donc citer Elgar qui cite Beethoven :

Elgar - Nimrod (from "Enigma Variations")

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

BD
BD © Tous droits réservés

Ça c’était donc l’extrait qui nous intéresse dans les ''Variations Enigma''. C’est une symphonie, 14 variations d’un même thème, chaque variation composée comme un portrait musical d’un personnage de l’entourage d’Elgar. Dans le style qui ressemble le plus à cette personne. Et maintenant accrochez-vous : cette variation, la 9e, s’appelle ''Nimrod'', qui est le nom d’un chasseur dans l’Ancien Testament, et qui fait référence à monsieur Jaeger, parce que Jaeger ça veut dire ''chasseur'' en allemand, et que cette musique c’est le portrait musical fait par Elgar de son ami Jaeger.

C’est un peu tiré par les cheveux mais c’est la vérité vraie, et puis ça vous fait une anecdote à raconter aux amis fans de Muse ce soir. Une dernière chose, aussi, même si ça n’a rien à voir, c’est que Bellamy explique que ''The Globalist'' est pensée comme une suite à la chanson ''Citizen Erased'' sur ''Origin of Symetry'', un titre cher au cœur des fans de la première heure et qui déjà affirmait l’amour du chanteur pour ses racines classiques.

Elgar 1857-1934
Beethoven 1770-1827

A écouter ici !

Le lundi à 13h45 tout l’été dans Lunch Around The Clock avec Vanessa Fantinel : où sont les points communs entre Bach et les Beach Boys ? Entre un chanteur lyrique et un adepte du chant guttural ? Dans baroque, il y a ''rock'' : chaque semaine, Barock Never Dies dévoile les généalogies de célèbres titres rock qui ont puisé avec talent dans le répertoire de la musique classique.

Sur le même sujet

Barock Never Dies : Jethro Tull reprend Bach

Articles recommandés pour vous