RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Baudour : l’entreprise De Bonte produit des traverses de chemin de fer vertes à base de soufre

Les traverses "vertes" produites par l’entreprise De Bonte à Baudour
17 févr. 2022 à 11:04Temps de lecture1 min
Par Vincent Clérin avec Arnaud Montero

Les billes de chemin de fer de la nouvelle génération sont plus vertes et la Belgique est pionnière dans le domaine. À Baudour, l'entreprise De Bonte produit des traverses de béton de soufre. Elles présentent l’avantage d’être recyclables et de produire beaucoup moins de CO² qu’une traverse traditionnelle lors de sa fabrication. "Le béton traditionnel, c’est une réaction chimique entre l’eau et le ciment", explique le Directeur Général du groupe Pascal Blommaert, "et pour l’environnement, le ciment c’est très mauvais, alors ici on remplace le ciment par du soufre, qui est un produit 100% pur, ce qui signifie une absence d’émission de CO²". 

Un marché immense

Mais l’installation de ces traverses vertes ne va pas se faire en deux coups de cuillère à pot : quand on sait que chaque année sur le réseau INFRABEL remplace 300.000 traverses usées , on imagine l’ampleur de la demande. L’implantation de Baudour n’a actuellement pas la capacité de répondre à cette attente "Aucun producteur ne peut produire seul une telle quantité et il n’existe aucun procédé technique pour rencontrer seul une telle demande", souligne Benoît Gilson, l’Administrateur-Délégué d’Infrabel, "Nous devons donc répartir le marché sur plusieurs fournisseurs. Mais nous avons bon espoir qu’à l’avenir il y aura de plus en plus de traverses de soufre en Belgique et à l‘étranger et que cela permettra d’utiliser tout le bénéfice de ce procédé".

Un processus créateur d’emplois

Une première encouragée par les différents niveaux de pouvoir, l’objectif zéro carbone en 2050 n’étant pas si loin.  "Une manière d’y arriver, c’est de compter plus de personnes et de marchandises dans les trains", constate le ministre Ecolo de la mobilité Georges Gilkinet, "aboutir à notre objectif de diminuer de 55% les émissions de CO², cela passe par une multitude d’actions dont celle de développer des filières industrielles respectueuses de l’environnement".

Quinze personnes travaillent actuellement sur le site De Bonte à Baudour. Si le carnet de commandes grossit, cela pourrait engendrer la création d’une centaine d’emplois.

Articles recommandés pour vous