Comics Street

BD : ''A Pleines Mains''

Il va falloir se protéger les yeux, le choix s’est porté sur une couverture qui pique, c’est incontestablement la plus kitsch de l’année. En empruntant tous les clichés de la littérature enfantine - la licorne aux grands yeux façon manga coiffés de longs cils, les couleurs acidulées d’un paquet de bonbons : rose, mauve, bleu ciel, et les effets de strass sur un fond doré, Pierre Thys a frappé fort.

Mais à bien regarder la couverture en question, il y a quelque chose qui cloche. Entre deux licornes, une femme en armure avec d’immenses seins dans un bustier à la Jean-Paul Gaultier. Et en bas de l’image, discret dans la composition d’ensemble, mais tout de même bien visible, un personnage de dos, pantalon sur les chevilles, fesses à l’air, visiblement en train de se procurer un petit plaisir solitaire. Attention, enfants non admis, ''A Pleines Mains'' est, comme son nom l’indique, une comédie érotique totalement échevelée !

Mais qu’y a-t-il derrière cette couverture ? Allons droit au but : c’est l’histoire de Pablo, un loser de première catégorie. Il est puceau, sa sexualité est virtuelle, il fantasme sur une créature nommée Gudrun, qu’il convoque à l’envi depuis l’adolescence. Et pourtant, Pablo tient un sex-shop. Mais, criblé de dettes, il est obligé de mettre la clé sous le paillasson. Notre merveilleux loser retourne chez ses parents. Et là, surprise ! Ils lui ont refait la chambre de ses quinze ans à l’identique : meubles, affiches aux murs, odeurs des matériaux, figurines, tout y est. Pablo trouve ça si érotique que l’idée lui vient de faire de même pour de riches clients : recréer les conditions idéales pour s’adonner à l’onanisme. Le voilà qui lance sa boîte, réalisant des décors de plus en plus incroyables pour des clients de plus en plus fortunés.

On imagine qu’un grain de sable va venir gripper cette belle mécanique. On ne passe évidemment pas si facilement de loser d’exception à chef d’entreprise. Pablo continue de traîner ses complexes et sa misère sexuelle comme un boulet. Jusqu’à ce que sa route le mène dans la boutique d’une pulpeuse brocanteuse, terriblement ressemblante à la Gudrun de ses fantasmes. Le reste, je vous laisse le découvrir. Il faut prendre ça au quinzième degré : c’est drôle, décalé, assez irrévérencieux, avec un hommage graphique appuyé à Riad Sattouf, dont ce livre rappelle la série Pascal Brutal. Bref, une comédie rare dans le paysage de la BD, mais qui ne plaira évidemment pas à tout le monde. ''A Pleines Mains'', c’est paru chez Dargaud, et ce n’est pas le moins étonnant dans cette histoire, car on ne s’attendait pas à découvrir un livre pareil dans le catalogue de cet éditeur grand public.

''A Pleines Mains'' de Thomas Cadène, Joseph Safiedine et Pierre Thyss, chez Dargaud

Comics Street

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Des conseils de lecture pour passer du bon temps, un album à la main : Comics Street le mercredi à 13h45, l’actualité BD présentée par Thierry Bellefroid dans Lunch Around The Clock.

"Viens petite fille dans mon Comic strip" chantait Gainsbourg avec autant de fausse innocence que quand il faisait chanter "Annie aime les sucettes" à France Gall. En guise de clin d’œil, Comics Street vous invite, vous les fans de rock, à partager chaque semaine les coups de cœur choisis par Thierry Bellefroid parmi les dizaines de titres qui déboulent en librairie. Perles et pépites à lire en écoutant… Classic 21, bien sûr !

Et aussi

Sur le même sujet

BD : ''Ténébreuse, Livre Second''

Comics Street

BD : ''Le Ministre et la Joconde''

Comics Street

Articles recommandés pour vous