Monde

Bélarus : cinq personnes condamnées pour la tentative de "coup d’Etat" en 2021

© Tous droits réservés

05 sept. 2022 à 14:24Temps de lecture1 min
Par Belga, édité par Théa Jacquet

Cinq personnes, dont le chef d’un parti politique et un avocat américain, ont été condamnées lundi au Bélarus à de lourdes peines de prison à l’issue d’un procès pour une tentative de "coup d’Etat" dans ce pays autoritaire allié de Moscou.

Le président bélarusse, Alexandre Loukachenko, avait assuré en avril 2021 avoir déjoué cette opération, selon lui planifiée par les Etats-Unis et qu’il a présentée comme une tentative d'"assassinat" le visant lui et sa famille.

Plusieurs condamnations

Selon la principale organisation bélarusse de défense des droits humains Viasna, parmi les accusés figuraient le politologue et critique littéraire Alexandre Fedouta, le chef du parti du Front populaire Rygor Kastoussev et l’avocat Iouri Ziankovitch, qui a également la nationalité américaine.

Ziankovitch a écopé d’une peine de 11 ans de prison pour avoir "créé et dirigé un groupe extrémiste". Fedouta et Kastoussev ont été condamnés à 10 ans de prison, après avoir été reconnus coupables d’avoir comploté "pour prendre le pouvoir par des moyens anticonstitutionnels". Deux autres accusés ont été condamnés à une peine de deux ans et demi de prison dans cette affaire.

L’un des témoins du procès a été Roman Protassevitch, journaliste d’opposition arrêté en mai 2021 après le détournement par le Bélarus d’un avion de ligne qui survolait son territoire, qui a assuré avoir participé à des réunions par visioconférence avec les accusés en vue de ce "complot" présumé.

Alexandre Fedouta a de son côté affirmé lors des audiences que le projet de "coup d’Etat" avait été initié par un officier des services secrets bélarusses, le KGB, qui s’était infiltré dans le groupe.

"J’ai cru à un complot parce que je voulais y croire. Un honnête homme ne pouvait s’empêcher de s’indigner de ce qui se passait dans le pays", a-t-il déclaré au tribunal, admettant y avoir "participé".

Cette affaire avait éclaté quelques mois après un mouvement de protestation inédit par son ampleur contestant la réélection jugée frauduleuse du président Alexandre Loukachenko en août 2020. Ce mouvement avait été sévèrement réprimé par les autorités, poussant l’opposition à l’exil à l’étranger.

Manifestation en Biélorussie suite à l'élection de Loukachenko (archives )

Election de Loukachenko: la police bélarusse a dispersé par la force des foules de manifestants

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous