RTBFPasser au contenu

Basket

Belgian Cats : Ann Wauters s'offre les J.O. pour ses 40 ans

Ann Wauters lors d'un entraînement avec les Belgian Cats en février 2020
12 oct. 2020 à 10:492 min
Par Mathilde Mazy

Ce 12 octobre, Ann Wauters souffle ses 40 bougies. Ann Wauters est une basketteuse belge, certainement la meilleure, depuis plus de 20 ans. Elle est passée par la France, les États-Unis, la Turquie, la Russie, l’Espagne et, évidemment, la Belgique. Celle qui évolue au poste d’intérieure détient le record de la plus longue histoire vécue avec l’équipe nationale des Belgians Cats. Plus d’une centaine de sélections et surtout, pour finir en beauté, là où elle n’est encore jamais allée, les J.O. de Tokyo.

Deux fois 20 ans

Ann Wauters se rapproche de la retraite sportive mais n’a pas encore tout donné même si, être basketteuse professionnelle à 40 ans, ce n’est pas une évidence. "C’est dur. C’est dur non seulement physiquement mais mentalement de tenir aussi longtemps. Je pense que j’ai eu de la chance d’avoir des gens autour de moi qui m’ont supportée parce que toute seule je n’aurais jamais pu le faire."

Ça fait plus de 20 ans, elle a commencé sa carrière professionnelle en 1997, que le basket-ball est au centre de la vie de la joueuse. Quand elle en fait un rapide bilan, il est plutôt positif : "Je pense maintenant, avec cet anniversaire, que j’ai de la chance d’avoir eu une carrière aussi longue. J’ai pu m’amuser, voyager partout dans le monde, jouer dans différentes équipes et j’en suis vraiment très reconnaissante. Quelque part ça me fait un peu de mal de vieillir, je dois avouer que les 40 c’est un chiffre ! Mais d’autre part c’est aussi un privilège de pouvoir vieillir comme ça."

On lève les genoux

Même si Ann est enthousiaste, les différences se font sentir. Depuis quelques années, la joueuse souffre aux genoux : "Là c’est évident au niveau de mon corps, je ne me sens pas du tout comme je me sentais il y a 20 ans. Je sens quand même les minutes, les matches que j’ai joués."  Elle raconte une anecdote qui la fait sourire quand elle y pense : "Maintenant, quand je suis en équipe nationale, je dois faire un échauffement, avant l’échauffement ! Et ça, ça veut dire beaucoup aussi."  La joueuse doit s’entraîner différemment pour prendre soin de son corps et ça lui prend plus de temps de se préparer.

Ce changement se fait à tous les niveaux et aujourd’hui la Belgian Cat a du recul sur son parcours : "Mentalement ça a changé quand même aussi un petit peu. Je pense qu’au plus j’avançais dans ma carrière, au plus je m’amusais dans les différentes équipes et que je comprenais l’importance de jouer ensemble, d’arriver à un but ensemble et ça je crois que c’est ce qui me plait le plus."

Ann Wauters avec l'équipe des Belgian Cats
Ann Wauters avec l'équipe des Belgian Cats © Tous droits réservés

Jeunesse éternelle ?

"Je pense que quand on commence à avoir mal, on ne peut plus vraiment jouer complètement libérée et ça, ça me manque. Ça c’est vrai que les jeunes peuvent vraiment tout le temps jouer complètement libérées. Il y a longtemps que je n’ai plus senti qu’on pouvait être complètement libéré sur un terrain de basket."

La célébration d’une victoire se fait ressentir différemment qu’il y a quelques années aussi : "Avant quand on gagnait un titre, on pouvait le fêter toute la nuit et le lendemain on était ok, aujourd’hui j’ai besoin d’un peu plus de temps pour récupérer."

Un ultime rêve

Ann participera aux Jeux Olympiques pour la première fois de sa carrière cet été à Tokyo. Ce sera la fin d’une ère mais le début d’une autre : "Je pense que je suis quelqu’un qui est quand même assez ambitieuse et j’ai envie encore de réaliser d’autres choses aussi dans ma vie professionnelle ! Pas seulement être Ann Wauters la basketteuse."  La joueuse se lance entre autres dans un projet avec le Comité Olympique et Interfédéral Belge. Elle se donne la mission, accompagnée d’autres athlètes, de développer le sport féminin et de travailler pour un traitement égal des femmes et des hommes dans le sport de haut niveau. Souriante, rayonnante, drôle et détendue, ça ne fait aucun doute, Ann est dans la fleur de l’âge, et bien dans ses (son) basket(s).

 

Loading...

Sur le même sujet

08 juin 2021 à 16:58
1 min

Articles recommandés pour vous