Jupiler Pro League

Belhocine : "Mes joueurs me manquent trop !"

Karim Belhocine

© BRUNO FAHY - BELGA

14 mai 2020 à 09:20Temps de lecture3 min
Par Pierre Deprez

Karim Belhocine est un homme heureux. Malgré l’inquiétude suscitée par la pandémie de Coronavirus, l’entraîneur des Zèbres parvient à trouver du positif à la situation, et se félicite chaque jour de travailler avec un groupe de joueurs ainsi qu’une direction comme Charleroi lui propose.

"Comme tout le monde, j’ai d’abord vécu de l’inquiétude face à la situation sanitaire du pays, et même de la planète.

Puis j’ai un peu profité de la situation pour lever le pied, me lever plus tard que d’habitude, prendre du plaisir en famille…

Aussi, j’ai pris du temps pour jeter un œil dans le rétroviseur de la saison, réanalyser les choses, lire des choses instructives sur le métier.

Et j’ai passé du temps au téléphone avec mes joueurs"

Voilà la réponse de Karim Belhocine quand on lui demande comment il a vécu la situation depuis fin mars.

Une situation difficile parce qu’inédite

Karim Belhocine

Au Sporting de Charleroi, malgré l’arrêt du championnat et le confinement, Karim Belhocine et son staff n’ont pas cessé de travailler. Ni d’être payés.

Mais pour proposer aux joueurs du travail individualisé à domicile, et qui ne soit pas seulement du travail physique, il a fallu mettre en place tout un dispositif et se former à certains outils numériques ou méthodes de communication nouvelles. "C’était tellement nouveau que c’était un peu stressant au départ, mais aussi très excitant. On a appris beaucoup de choses avec mes adjoints. Et les résultats étaient convaincants".

Les félicitations de la Direction

Staff carolo

C’est Pierre-Yves Hendrickx, Secrétaire général qui en parle spontanément "On a félicité le staff. On a été impressionnés de son engagement et de son efficacité dans cette approche nouvelle pour lui. Si on avait repris la compétition, notre équipe était prête. J’espère que ça n’a pas servi à rien, maintenant que les joueurs vont être en vacances ?"

D’où notre question sur une éventuelle revalorisation salariale de Belhocine, vu aussi la qualification pour l’Europa League. "A Charleroi, ça fait partie de la manière de faire. Oui, il est possible que le coach soit récompensé pour les résultats obtenus"

Pas de problèmes d’argent à Charleroi ?

Mehdi Bayat et Belhocine

Quand certains clubs placent leurs joueurs et/ou leurs staffs au chômage, d’autres leur demandent d’accepter une réduction de salaire. Rien de tel en bord de Sambre. Et l’entraîneur s’en réjouit "Dès le départ, Mehdi Bayat a assuré que tout le monde continuerait à recevoir son salaire. Comme pour d’autres choses dans le fonctionnement du club depuis que j’y suis, il a tenu parole. Ça donne beaucoup de confiance, et de reconnaissance aussi. Les joueurs pensent la même chose que moi, je le sais : ça renforce la motivation de tous à se battre pour le club".

Et si la situation se compliquait, avec des rentrées en moins (public, loges, droits tv… ?), la direction pourrait peut-être demander à tous un effort financier.

"Si ça arrivait, si Mehdi venait nous trouver pour nous demander cela, on se dirait que c’est vraiment parce qu’il n’a pas trouvé d’autre solution. Et je crois qu’on accepterait".

La suite c’est quoi ?

Rezaei et Belhocine

Les incertitudes sont nombreuses, à Charleroi comme ailleurs. Quand pourra-t-on s’entraîner en groupe ? Les stages à l’étranger seront-ils autorisés ? Et les matchs amicaux ? Reprendra-t-on devant des gradins vides ?

Par contre, concernant les contours de son noyau, Belhocine se montre une fois de plus confiant "la Direction est consciente qu’on doit se renforcer un peu et étoffer le noyau, pour jouer en Europa League. Mehdi a promis de tout faire pour que seul Kaveh (Rezaei) parte. Et de convaincre les joueurs de rester. De toute façon, ils se plaisent ici, et on va jouer l’Europe".

Hendrickx ajoute : on va continuer à faire du Charleroi à Charleroi. Gérer le club avec sérieux mais ambition. Concrètement, on n’a pas besoin de vendre pour être en équilibre, donc on va essayer de conserver ce groupe, qui est de qualité. Et le renforcer si possible".

Quand on vous disait que Karim Belhocine avait bien des raisons d’être un coach heureux !

"Oui, sauf….mes joueurs. Ils me manquent trop ! Ce groupe, les relations, les vannes, l’énergie qu’il dégage… Ça, ça me manque vraiment beaucoup"

karim Belhocine
karim Belhocine © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous