RTBFPasser au contenu
Rechercher

Coronavirus

Bernard Rimé, psychologue (UCLouvain) : "Pour convaincre, le politique doit faire preuve de solidarité et de cohésion"

Bernard Rimé, psychologue (UCLouvain) : "Pour convaincre, le politique doit faire preuve de solidarité et de cohésion"
27 mars 2021 à 08:10Temps de lecture2 min
Par Etienne Donnet

Bernard Rimé, professeur émérite de psychologie sociale à l'UCLouvain, était l’invité du Grand Oral RTBF/Le Soir ce samedi 27 mars sur La Première. Selon lui, l’histoire nous a prouvé en situation de crise qu’il est préférable d’avoir comme guides des dirigeants empreints d’une force tranquille.

Winston Churchill, dans toutes les situations, manifestait une position de force. Une force bienveillante, qui permettait à la population de s’appuyer sur ce personnage et de se dire : ‘Nous avons un guide’. Sur ce plan-là, je pense que le modèle d’autorité avec force tranquille est préférable à celui d’humilité ".

Cette force tranquille qui permettrait davantage d’union au sein de la population. Une unité qui serait d’autant plus primordiale en ces temps de crise, pour ce professeur en psychologie. " Nous savons et nous connaissons les effets que l’unification d’une population a sur les membres de cette population. On sait combien cela donne confiance en soi. On sait combien cela fait monter les affects positifs, les émotions positives. On sait combien les gens deviennent plus résilients ". Une unité qui serait vivement recommandée par de nombreux experts.

Comment traverser cette pandémie

A la question de savoir comment nous pouvons psychologiquement traverser cette pandémie, Bernard Rimé nous stipule que nous avons des rails, des guides, qui nous permettent de tenir au quotidien. " Ces rails, ce sont nos liens d’attachement, nos contacts sociaux proches. Ce sont aussi nos occupations, notre travail, à travers lequel on s’enrichit, on se donne confiance en soi. Ce sont les sports, les activités de plein air. C’est la culture, aussi ".

Pour récupérer ces guides, il faut selon lui prendre soin de nous sur le plan individuel. Sur le plan corporel, pour commencer. " Il convient tout d’abord d’assurer une existence saine. Deuxièmement, sur le plan personnel, développer et entretenir les activités de sens. Que ce soit un hobby, une passion. Troisièmement, du point de vue interpersonnel, nous devons continuer à assurer ces échanges qui donnent le contact d’attachement avec des personnes proches, même par téléphone, ou par écrit.  Sur le plan émotionnel, entretenir les affects positifs. Entretenir les choses qui nous procurent du bien-être ". Bernard Rimé n’hésite pas à insister sur l’importance de bouger. Faute de pouvoir voyager normalement, pourquoi ne pas visiter notre plat pays.

Les oubliés de la crise sanitaire

Enfin, pour ce professeur ayant vécu plus de 60 ans parmi les étudiants, ces derniers sont les grand oubliés de cette crise sanitaire. " Leur situation, je l’ai trouvée catastrophique. Au début, on leur a dit qu’ils n’étaient pas directement concernés par le virus, qu’il fallait simplement faire attention aux plus âgés, en leur faisant croire que tout allait bien. Alors, ils ne s’en sont pas soucié, et on leur en a voulu ".

Selon lui, ces étudiants sont touchés de toutes parts. " Ils ont perdu leurs jobs, ils sont dans une situation financière difficile, et ils sont en première ligne pour le chômage futur. Ils ont leur vie sociale qui est complètement sacrifiée. Ils ont aussi des difficultés dans leurs études, ils sont exposés à de grandes difficultés d’attention, de concentration ".

Articles recommandés pour vous