L'info culturelle

Bernard Stiegler, l’un des grands penseurs de notre temps, est décédé

© AFP / FRANCOIS LO PRESTI

10 août 2020 à 09:33Temps de lecture1 min
Par François Caudron

Le philosophe français Bernard Stiegler est décédé le jeudi 6 août dernier. Il était un philosophe engagé, critique du système capitaliste.

L'impact des nouvelles technologies sur notre société

Bernard Stiegler fut également un des rares philosophes à étudier l’impact du développement des nouvelles technologies sur notre société. Et en 2013, Bernard Stiegler avait participé à l’étude d’un logiciel, développé par l’Ircam, intitulé OMax et qui est capable de simuler une improvisation musicale à partir de la musique qu’on lui fournit.

À lire aussi :Le génie pianistique de Glenn Gould ressuscité à travers un piano connecté à une intelligence artificielle 

Distinguer le rôle de l’homme et celui de la machine

Comme l’explique Bernard Stiegler, "ce que fait en réalité un logiciel comme OMax, c’est de l’analyse musicale, ce que fait un musicien qui improvise, c’est de la synthèse musicale. Ce que fait un interprète lorsqu’il est en train d’improviser et qu’il produit une série de notes, c’est juger ces notes musicales au moment où il les produit. Ce jugement ne repose pas sur une analyse, il repose sur une pratique, fondée sur l’inattendu, sinon, cela ne fonctionnerait pas, il doit se surprendre lui-même. Mais le logiciel, lui, produit des analyses en temps réel. Et ces analyses, il les répète, il les reproduit, il les recombine, avec des algorithmes eux-mêmes analytiques mais qui produisent une illusion d’improvisation et de synthèse mais ce n’est pas de l’improvisation. La musique a une fonction spirituelle, pour ne pas dire nécessairement sacrée, par rapport à quoi l’improvisation joue un rôle majeur, qui est précisément de produire de l’inattendu. Il y a encore du nouveau qui est possible."

L’improvisation a toujours à voir avec cet ordre de spiritualité.

 

Vidéo de mise en application du logiciel OMax

Loading...

Sur le même sujet

L’ultracrépidarianisme, l’art de parler de ce que l’on ne connaît pas

Un p'tit shoot de philo

Le projet Symphony de Gustavo Dudamel transporte le public au cœur de son orchestre grâce à la réalité virtuelle

Journal du classique

Articles recommandés pour vous