BEST OF: La création de Back in Black d'AC/DC

AC/DC : les 40 ans de Back in Black

© © Tous droits réservés

28 déc. 2021 à 05:17Temps de lecture5 min
Par Laurent Rieppi

Un best-seller

“Back in Black” s’est vendu à l’heure actuelle à plus de 50 millions de copies à travers le monde – il fait partie de la prestigieuse liste des albums vendus à plus de 40 millions d’exemplaires et est juste devancé par Michael Jackson avec son album "Thriller", vendu à plus de 65 millions d'exemplaires. Derrière "Back in Black", on retrouve Meat Loaf et son album "Bat Out of Hell" (environ 50 millions de copies également), Pink Floyd avec l'album "The Dark Side of the Moon" (45 millions), Whitney Houston et la bande originale de Bodyguard (environ 45 millions également) et les Eagles avec leur premier "Greatest Hits 71-75" (42 millions).

"Back in Black" est un album sur l’hédonisme mais aussi et surtout un hommage à Bon Scott, l’ancien chanteur du groupe disparu le 19 février 1980.

Retour sur la disparition de Bon Scott

Quelques mots sur la mort de Bon Scott. L’autopsie officielle parle de "mort accidentelle – intoxication éthylique."

Bon Scott, complètement saoul après une soirée arrosée sera "oublié" par des amis dans une voiture. Le chanteur reste dans cette voiture dans une position inconfortable pendant quelques heures. Ivre, il se serait vomi dessus et serait mort étouffé par ses propres vomissures.

AC/DC alors en pleine gloire est effondré par cette terrible nouvelle… Angus, Malcom, Cliff et Phil se retrouvent devant un terrible dilemme : continuer ou arrêter ?

Après quelques semaines de réflexion, le groupe décide de continuer. Angus et Malcom justifient ce choix en affirmant que c’est ce que Bon Scott aurait voulu… Et ils ont probablement raison.

Suite à cette annonce, des rumeurs vont circuler par rapport à l’identité du futur chanteur du groupe.

Plusieurs noms sont alors cités dans les médias. On parle Stevie Wright (ancien chanteur des Easybeats, pour rappel George Young, le grand frère d’Angus et Malcom, était le guitariste du groupe), d’Alan Fryer (du groupe australien Heaven) ou encore de Gary Holton (chanteur anglais et membre des Heavy Metal Kids, disparu quelques années plus tard, des suites d’une overdose, en 1985).

L’arrivée de Brian Johnson

Finalement ce ne sera aucun d’entre eux. Deux noms seront retenus : Brian Johnson et un certain Terry Schlesher (qui finira par devenir le chanteur de Geordie, pour remplacer… Brian Johnson). Brian Johnson, anglais de Newcastle membre du groupe Geordie, est retenu après avoir bluffé les membres d’AC/DC durant une audition, en chantant les titres "Whole Lotta Rosie " et "Nutbush City Limits" (une reprise d’Ike & Tina Turner).

Bon Scott avait déjà préparé des paroles pour l’album "Back in Black" mais le groupe va décider de ne pas les utiliser et demande à Brian Johnson d’en écrire de nouvelles…

Brian Johnson sur scène avec AC/DC à Londres en novembre 1980
Brian Johnson sur scène avec AC/DC à Londres en novembre 1980 Watal Asanuma/Shinko Music/Getty Images

AC/DC - Back In Black (Official Video)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Pas de repos dans un décor paradisiaque

Après avoir enfin trouvé son nouveau chanteur, Brian Johnson (suggéré par leur producteur Robert John "Mutt" Lange), AC/DC se rend aux E’Zee Hire Studios (nord de Londres). Le groupe travaille 7 heures par jour afin de répéter ses nouvelles compositions. Les sessions d’enregistrements de l’album "Back in Black" se déroulent ensuite aux Compass Point Studios aux Bahamas sur une période de six semaines (entre avril et mai 1980, soit 2 mois à peine après le décès de Bon Scott).

Le groupe, enfermé de nombreuses heures en studio, n’a pas vraiment le temps de profiter du soleil des Bahamas.

Lors des interviews qu’ils réaliseront à la sortie de l’album, les musiciens d’AC/CD se souviendront de ce studio comme d’une prison et expliqueront avoir véritablement sué pour obtenir ce résultat.

Le producteur Robert John "Mutt" Lange est en effet très exigeant, il est considéré par de nombreux musiciens comme un véritable "rat de studio".

Robert John "Mutt  Lange avait déjà produit l’album précédent, " Highway To Hell " (avec Bon Scott), et est une figure importante du hard rock/heavy metal.

Il produira également des albums de Foreigner, de Def Leppard. En 1993 il travaillera avec Shania Twain et l’épousera. (Ils divorceront en 2010).

Le premier juillet 1980, Brian Johnson fait sa première apparition sur scène aux côtés d’AC/DC à Namur en Belgique ! (au Parc des Expositions).

Un mois plus tard sort l’album "Back In Black" le 31 juillet 1980

En deux semaines l’album atteint la première place des charts britanniques (il y restera pendant 15 jours).

"Back in Black" se classe également à la 4e place des charts US et à la deuxième place en Australie.

AC/DC : les 40 ans de Back in Black
AC/DC : les 40 ans de Back in Black © Tous droits réservés

Givin the Dog a Bone

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Une tournée impressionnante

La tournée débuta officiellement le 30 juillet au County Fieldhouse de Erie en Pennsylvanie, Etats-Unis (le concert à Namur était un essai et ne fait pas partie de la tournée officielle).

Lors cette tournée, AC/DC proposera – pour la première fois de sa carrière – un show présentant des aspects visuels.

Une cloche en bronze d’une tonne et demie frappée du logo AC/DC trônera au-dessus de la scène (cet aspect visuel du show deviendra rapidement une marque de fabrique pour le groupe et sera réutilisé pour les tournées suivantes).

Hell’s Bells

Cette cloche évoque bien entendu le titre "Hell’s Bells", titre emblématique qui ouvre l’album "Back in Black".

Brian Johnson se souviendra d’avoir écrit les paroles de ce morceau au Compas Point studio aux Bahamas, un studio qu’il comparait à une véritable prison : "Vous savez je ne crois pas en Dieu ou au Paradis ni à l’enfer. Mais quelque chose s’est passé ce jour-là. Nous avions ces petites chambres avec un lit et un WC, pas de télévision. J’avais cette très grande page de papier et j’écrivais quelques mots qui me venaient en tête… Et je me suis… ‘oh merde…’, je ne pourrai jamais oublier ça, j’écrivais comme si j’étais possédé, sans réfléchir. J’ai commencé à écrire, je ne pouvais plus m’arrêter. Et c’était ce titre, Hell’s Bells. J’avais une bouteille de whisky et je buvais de grandes gorgées. Je vous assure que je n’ai pas éteint la lumière de toute la nuit… "

AC/DC - Hells Bells (Official Video)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le fameux béret de Brian Johnson

Petite anecdote amusante sur le fameux béret qu’arbore fièrement Brian Johnson.

Il s’agit en fait de la même casquette que son père portait toujours. Brian est originaire de Newcastle et, à l’époque, dans ce pays minier, tout le monde portait ce genre de casquettes. Brian, sur scène, la portait simplement pour éviter que sa sueur ne lui coule dans les yeux.

Un succès colossal

Angus Young, guitariste du groupe, interviewé suie à la sortie de l’album Back in Black en 1980 : "C’est un miracle que le groupe ait réussi à remonter la pente après ce qui est arrivé à Bon. Je dois dire que tout le monde a été très gentil avec nous. Je crois en fait que pas mal de gens nous aiment encore plus parce que nous ne nous sommes pas laissés abattre par le destin, et que nous sommes quasiment repartis de zéro. L’album lui-même est dédié à Bon. Du titre jusqu’à la pochette, c’est un hommage qu’on lui rend. Dans un sens, son accident a encore resserré les liens à l’intérieur du groupe. Je suis heureux que nous continuions…".

AC/DC - Rock And Roll Ain't Noise Pollution (Official Video)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

AC/DC : les 40 ans de Back in Black
AC/DC : les 40 ans de Back in Black © Tous droits réservés

Sur le même sujet

On revient sur le dernier concert de Bon Scott avec AC/DC, fin d’un chapitre essentiel de la carrière du groupe

The Last Time

AC/DC : un musicien de rue totalement habité par Angus Young

Articles recommandés pour vous