RTBFPasser au contenu

Regions Bruxelles

Bientôt un nouvel exploitant pour le Pavillon Chinois et la Tour Japonaise fermés depuis près de 10 ans ?

Bientôt un nouvel exploitant pour le Pavillon Chinois et la Tour Japonaise fermés depuis près de 10 ans ?
31 janv. 2022 à 03:362 min
Par Pierre Vandenbulcke

Quel avenir pour la Tour et Japonaise et le Pavillon Chinois ? Ces deux bâtiments classés, construits à la demande de Léopold 2 au début du siècle dernier, sont fermés depuis 2013. Et sont aujourd’hui en piteux état. Fin de l’année dernière, le gouvernement fédéral a acté sa volonté de les rouvrir au public. La régie des bâtiments, le propriétaire, va lancer cette année un appel à concession pour trouver un nouvel exploitant.

Tout autour du Pavillon Chinois, des grandes barrières métalliques cadenassées ont été installées. Le site est sécurisé. Comme la Tour Japonaise, la stabilité du bâtiment est menacée. " Toute la partie centrale de la façade qu’on voit là risque de s’effondrer. Sans les étançons, ça ne tient pas ". Yves Jacqmin, de l’association Laeken Découverte regarde d’un œil dépité cet ensemble exotique. " On ne peut pas s’empêcher de penser à un énorme gâchis. Il a été restauré dans les années 2000. Alors comment est-on arrivé à cette situation pour un bâtiment de cette qualité et de cette importance historique esthétique. Tout est à recommencer. "

A la recherche d’un nouvel exploitant

Aujourd’hui, après les avoir laisser pourrir pendant près de 10 ans, le gouvernement fédéral vient de décider de faire revivre ces deux sites. " Il a été acté lors du dernier conseil des ministres de 2021, de finalement faire appel à un marché public de concession d’exploitation. Donc le but ici est d’identifier un exploitant qui va prendre en charge les travaux nécessaires à la restauration de ces bâtiments, ne fût-ce que d’un point de vue stabilité. Tout en nous proposant et en offrant un projet d’exploitation de ces deux sites pour qu’ils redeviennent accessibles au public " explique Laurent Vrijdaghs, administrateur de la Régie des bâtiments.

Alors pour faire quoi exactement ? Rien n’est encore arrêté. " C’est tout l’objet du marché public. C’est la raison pour laquelle, on doit encore se concerter entre nous, avec aussi ministre en charge de la politique scientifique, pour bien définir le cadre cet exploitant va devoir rénover exploiter et éventuellement montrer des collections qui appartiennent au Musée d’Art et d’Histoire ".

Quid des collections du Musée d’Art et d’Histoire ?

Rien n’est encore décidé, mais, selon nos informations, la volonté est de centraliser toutes les collections au Cinquantenaire. En attendant, les collections des musées d’Extrêmes Orients présentées dans le Pavillon Chinois et la Tour Japonaise sont dans les réserves. Une petite sélection de porcelaines Chinoises d’exportation est actuellement présentée dans les salles Chine du musée du Cinquantenaire.

RTBF

Articles recommandés pour vous