RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Bientôt une clinique des genres à Bruxelles : à quoi servira-t-elle ?

Création d'une clinique des genres à Bruxelles

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le CHU Brugmann va ouvrir en 2023 une clinique des genres sur son site "Horta". Elle sera destinée à toutes les personnes en questionnement sur leur identité. Elles, ainsi que leurs proches, pourront y trouver des réponses à leurs questions, qu'elles soient même d’ordre juridique ou administratif par exemple.

Sur le plan médical, les patients pourront également être pris en charge avec une offre de soins structurée.

Eviter la psychiatrisation accrue des problématiques de genres

Particularité de la future clinique bruxelloise : psychiatre et endocrinologue se chargeront ensemble de la première consultation afin de déterminer le trajet de soin approprié pour la personne. "Nous voulons couper la psychiatrisation accrue des problématiques de genres, casser cette stigmatisation" explique Priam Van Eeckhout, directeur des opérations à l’hôpital Brugmann à l’initiative de la clinique des genres.

 

La prise en charge rassemblera donc une dizaine de spécialités, tant médicales que paramédicales. "Nous nous sommes rendu compte que ce type de patients a besoin d’un environnement sécurisé, avec des médecins à disposition" constate Priam Van Eeckhout. "Nous ferons donc en sorte que les différents prestataires soient accessibles au même moment. Nous veillerons aussi à faire des bilans pluridisciplinaires" ajoute-t-il.

De l’accueil aux médecins : tout le personnel formé à la prise en charge de ces patients

L’hôpital public souhaite également innover sur l’accueil réservé aux patients. "La prise en charge commence déjà sur le site internet, par téléphone. Dès l’accueil et durant tout son parcours au sein de la clinique, on veut éviter par exemple de dire "Monsieur untel" ou "Madame unetelle" dans la salle d’attente" affirme Priam Van Eeckhout.

La clinique devrait ouvrir ses portes en 2023. D’ici là, tout son personnel ira se former à Gand où un centre similaire existe déjà. Il pourra aussi s’inspirer de ce qui se fait dans d’autres pays, notamment anglo-saxons.

La clinique des genres comblera une offre insuffisante

Cette clinique sera la première de la capitale. Trois autres sont déjà en activité dans le pays : Gand, Liège et Genk. Une offre de soin insuffisante : "Les délais d’attente sont très longs. A Gand par exemple, il y a environ 1000 opérations en attente avec un délai de six mois. Les autorités ont d’ailleurs lancé un appel à ouvrir des centres de prise en charge pour les personnes confrontées à un problème d’identité ou de genre" constate le directeur des opérations à l’hôpital Brugmann.

Actuellement, seuls les centres d’accompagnement de la transidentité de Gand et de Liège sont conventionnés. Celui de Bruxelles compte le devenir également mais il ne pourra pas l’être dans un premier temps.

Sur le même sujet

Elliot Page plus heureux que jamais depuis sa transition

Tipik

Féminin ou masculin, une catégorisation trop binaire : le genre va disparaître de la carte d'identité belge

Articles recommandés pour vous