RTBFPasser au contenu
Rechercher

Exposition - Accueil

BIOTOPIA s'inspirer des êtres vivants pour un monde meilleur. Démonstration au Pavillon à Namur

Aki Inomata, why not hand over a shelter to hermit crabs ?, 2009 et Laboratorium KASK, Ecology of Colour, 2022

Biotopia nous plonge dans l’univers des êtres vivants qui peuplent notre planète, et en premier lieu les invisibles: micro-organismes, vers, bactéries et autres composés organiques. Dans l’exposition, d’une part des artistes dévoilent les mystères du vivant et d’autre part, des designers et ingénieurs présentent des innovations, comme les biomatériaux, basées sur le recyclage de déchets organiques ou inspirées du vivant.

Ani Liu, Kisses from the future, 2015-2017
Ani Liu, Kisses from the future, 2015-2017 © Tous droits réservés

Notre corps est composé à 90% de bactéries avec lesquelles nous vivons en symbiose. Ani Liu nous les donne à voir à travers ses " baisers du futur ", des moulages de lèvres en agar, support à une culture de bactéries diverses, comme dans nos échanges de baisers avec d’autres humains. Les bactéries évoluent au fur et à mesure de l’exposition. Libre échange mais pas vraiment sexy…

Et puisque ça grouille en tous sens, le génial artiste suisse Zimoun qui travaille le son et les matières, nous offre une jolie métaphore avec l’enregistrement de 25 vers à bois enfermés dans un morceau d’écorce.

Aki Inomata, why not hand over a shelter to hermit crabs ?, 2009
Aki Inomata, why not hand over a shelter to hermit crabs ?, 2009 © Kuniya Oyamad

Le seul être vivant que nous verrons à l’œil nu est un magnifique bernard-l’hermite installé dans un coquillage en résine imprimé en 3D et curieusement surplombé d’un paysage urbain : New York, Paris ou Berlin avec le Reichstag. Avec son installation "Pourquoi ne pas donner un abri aux bernard-l’ermite ? ", l’artiste japonaise Aki Inomata établit un parallèle entre le comportement de ce crustacé qui change de coquille en grandissant, ou simplement chassé par un autre congénère, et les mouvements migratoires humains.

AKI INOMATA, why not hand over a shelter to hermit crabs ?, 2009
AKI INOMATA, why not hand over a shelter to hermit crabs ?, 2009 © Keizo Kioku
S’imbiber du parfum d’un arbre grâce à l’installation poético-technologique de Agnes Meyer-Brandis
S’imbiber du parfum d’un arbre grâce à l’installation poético-technologique de Agnes Meyer-Brandis © Tous droits réservés

Comment communiquer avec un arbre ?

Gros coup de cœur pour les deux installations consacrées à un sujet très médiatisé dernièrement : les arbres et leur système de communication. Ça passe par le sol avec un réseau de filaments de champignon et dans les airs par l’intermédiaire d’un nuage de gaz et des molécules libérés à partir des feuilles, du tronc et des racines. Agnes Meyer-Brandis a récupéré ces composés volatiles et les a confiées à un parfumeur pour en tirer trois fragrances (racines-troc-feuilles) que l’on peut découvrir dans l’installation "One Tree ID". Le mélange des trois forme l’identité de l’arbre, ici un pin parasol. Un parfum complexe qui peut être porté par les visiteurs.

Thijs Biersteker, Econtinuum, 2020
Thijs Biersteker, Econtinuum, 2020 © Thijs Biersteker

On le sait davantage, les arbres interagissent à travers un réseau de champignons développés autour des racines qui permettent des interactions comme le partage de nutriments ou la prévention d’un parasite. La sculpture interactive Econtinuum de Thijs Biersteker et du botaniste Stefano Mancuso recrée ce réseau de communication et simule sous nos yeux les échanges entre deux arbres à partir de capteurs récoltants en temps réel des données d’humidité, de CO2, de concentration de composants organiques volatils etc. qui seront rééquilibrés entre les deux arbres. Notre présence dans l’espace d’exposition influence bien sûr ces paramètres. Avec ces deux installations, nos promenades en forêt prennent une autre allure…

Thijs Biersteker, Econtinuum, 2020
Thijs Biersteker, Econtinuum, 2020 © Xavier Ess
Laboratorium KASK, Ecology of Colour, 2022
Remix el Barrio, lampe à base de coques de grains de café
Permafungi, PerMateria, abat-jour à partir de mycélium, 2016

Du côté du Lab on découvre différents biomatériaux créés à partir de déchets ou de ressources naturelles. Les vêtements à base de pelure d’orange et les objets à base de noyaux d’olive du collectif Remix el Barrio dont on a déjà parlé ici ou les myco-cendriers à base de mégots de cigarette traités avec des champignons de la start-up belge PuriFungi. Plus flamboyantes, les porcelaines du Laboratorium KASK, colorées à partir de nanostructures de pigments biologiques, la mélanine, recréent les effets d’iridescence des coléoptères et des papillons. La comparaison est bluffante comme l’ensemble de BIOTOPIA qui atteste les valeurs d’interdépendance plutôt que de concurrence et ouvre des perspectives tangibles avec des innovations technologiques plus respectueuses de l’environnement.

BIOTOPIA au Pavillon à la Citadelle de Namur jusqu’au 27 novembre 2022

Au rayon biomimétisme, cette bouilloire électrique inspirée du nautile, du bec du toucan et des poils d’ours – Big Bang Project
Au rayon biomimétisme, cette bouilloire électrique inspirée du nautile, du bec du toucan et des poils d’ours – Big Bang Project © Xavier Ess

Sur le même sujet

Un ourson se retrouve dans un état second après avoir mangé trop de miel

Vivacité

Namur : la 37e édition du salon Valériane placée sous le signe de la transition écologique

Regions

Articles recommandés pour vous