RTBFPasser au contenu
Rechercher

Blake et Mortimer : L’Affaire du collier, ou la naissance d’un Parisien (Épisode 8)

L’Affaire du collier, ou la naissance d’un Parisien (1965-1966)

Episode 8 | Partition pour Blake & Mortimer ou Les Dix vies d’Edgar P. Jacobs

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

05 janv. 2022 à 06:30Temps de lecture2 min
Par Thierry Bellefroid

Durement éprouvé par l’interdiction de publication du Piège diabolique en France, Edgar P. Jacobs se remet en question. Près de vingt ans ont passé depuis la création de Blake & Mortimer, qui s’apprêtent à vivre leur septième aventure. Les ennuis avec la censure n’ont pas cessé. Jacobs sait que ses ventes ne peuvent pas conserver un niveau intéressant en ne vendant ses livres qu’en Belgique et en Suisse, il a besoin de les vendre en France.

Il doit donc tenir compte de la loi française de 1949 concernant les publications à destination de la jeunesse, qui donne tout pouvoir à un petit comité de censeurs. Puisque son univers est trop violent et trop sombre, puisque ses histoires font trop peur aux enfants, il décide de changer radicalement de genre. Il se tourne vers le pur policier, reléguant l’attirail du fantastique ou de merveilleux scientifique aux oubliettes.

Archives Sonuma

Et il en sera justement question d’oubliettes, dans cette histoire. Interpellé par un faits divers, quelque temps plus tôt, Edgar P. Jacobs a découvert que des centaines de kilomètres de galeries passaient sous Paris. Il va se servir de cette information pour construire une intrigue policière dans laquelle Blake & Mortimer vont être impliqués. Une fois de plus, les deux héros britanniques sont embarqués dans une aventure française. C’est la troisième fois ! En réalité, ils n’ont presque jamais été à Londres, sauf dans la mythique Marque jaune.

Pour réaliser cette nouvelle aventure, Edgar P. Jacobs ne laisse rien au hasard. Certes, il n’est pas utile, cette fois, d’entretenir une longue correspondance avec l’un ou l’autre scientifique pour faire l’état des lieux sur une invention ou une avancée destinée à servir le récit. En revanche, si cela se passe à Paris, il faut qu’aucun des lecteurs parisiens ne décèle la moindre erreur : cela flanquerait tout par terre. Jacobs devient Parisien !

Il repère la moindre rue par laquelle il fera passer ses personnages. On le voit arpenter les environs de la place Denfert-Rochereau et du Parc Montsouris, appareil photo en bandoulière et chrono à la main. Chaque trajet est minuté, en conditions réelles. Aujourd’hui encore, Éric Dubois, commissaire de plusieurs expositions consacrées à Jacobs et riverain des lieux, s’amuse à arpenter les rues album à la main, cherchant vainement les erreurs. Il n’y en a pas !

Et Tardi, l’un des plus grands auteurs de bande dessinée contemporain avoue qu’il a été influencé par cette approche. En lisant S.O.S. Météores ou L’Affaire du collier (qu’il confesse avoir moins aimé), il a vu, lui qui arpentait Paris quotidiennement, à quel point la justesse des décors accréditait un récit.  

En dépit de ce souci du détail et d’un scénario plutôt bien ficelé, L’Affaire du collier ne plait pas aux habitués de la série. Ils le font savoir à Jacobs, qui essuie des critiques par courrier mais aussi lors des séances de signature.
 

Editions Blake & Mortimer/Studio Jacobs (Dargaud-Lombard s.a.), 2021

Mais qu’a-t-il fait à leurs héros préférés ? Même Olrik, l’ennemi juré de Blake & Mortimer, vaut mieux qu’un simple voleur de bijoux, disent-ils. Jacobs a compris la leçon. D’un côté, il y a la censure qui guette.

De l’autre, les lecteurs qu’on ne peut pas trahir. Il sait que la prochaine aventure de ses héros devra être à la hauteur des attentes et renouer avec l’âme de l’univers de Blake & Mortimer.

Sur le même sujet

Une expo à voir – Le secret des espadons : redécouvrir Edgar P. Jacobs

Le + grand musée

Blake et Mortimer : Naissance d’un chef d’œuvre - La Marque jaune (Épisode 5)

Articles recommandés pour vous