Energie

"Bloquer les prix du gaz à 100€/MWh est une fausse bonne idée", affirme Mathieu Michel

Mathieu Michel : "le gel des prix n'est pas une bonne solution"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le gouvernement belge promet de travailler d’arrache-pied pour réduire au maximum les factures énergétiques des ménages, indépendants et entreprises. A l’issue du conclave budgétaire du 2 octobre dernier, la ministre fédérale de l’Energie Tinne Van der Straeten (Groen) proposait d’aller plus loin que les mesures prises à l’échelle européenne en écrémant les bénéfices excédentaires des producteurs d’énergie à partir de 130 €/MWh au lieu de 180 €/MWh comme décidé par la Commission européenne. De cette façon, la Belgique récupérerait près de 4,7 milliards d’euros entre 2022 et 2023.

Mais pour le député bruxellois Christophe De Beukelaer (Les Engagés), la bonne idée serait plutôt de plafonner les prix du gaz à 100 € par MWh. "On nous jette un chiffre de 4,7 milliards d’euros qui n’a pas été concerté avec le secteur dans le but de taxer les surprofits. On ne sait même pas si ce sera juridiquement tenable. Mais le gouvernement ne nous dit toujours pas comment on va diminuer la facture des gens", affirme-t-il en ajoutant que les choses ne bougent pas assez rapidement. "Nous, on le dit : il faut plafonner les prix de l’énergie, comme les pays alentours. On a proposé un prix de 100 euros du mégawattheure pour le gaz."

Christophe de Beukelaer : "Il faut plafonner les prix du gaz au niveau belge"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Mais cette idée est-elle réalisable ? Mathieu Michel (MR), adjoint du Premier ministre Alexander De Croo n’en est pas convaincu. "Les fournisseurs pourraient simplement décider de ne plus nous vendre leur gaz, ce qui créerait une situation catastrophique en termes de pénurie d’approvisionnement ", explique-t-il sur le plateau de "QR le débat". "Ensuite, la revente pose également problème. Bloquer les prix à la revente à 100€/MWh est une fausse bonne idée puisqu’il faut en réalité intervenir avec des subventions publiques de 20-25 milliards d’euros à injecter sur une année. Un acte très compliqué avec la situation actuelle belge. On est aussi confronté au fait que chaque pays a développé des stratégies énergétiques différentes. Chaque pays a donc des raisons de pas vouloir plafonner les prix. L’Europe doit essayer de trouver une position commune pour plafonner, ce qui est très compliqué."

Pour lui, c’est sur la production d’énergie belge qu’il faut surtout agir. "Dire aux gens qu’on peut tout faire avec le budget de l’État n’est pas vrai. Tant qu’à investir, autant le faire directement sur une électrification, autant travailler davantage sur notre capacité à être beaucoup plus indépendant."

 

" Les jeunes devront trimer "

Marc Van den Bosch, le directeur général de la FEBEG (Fédération Belge des Entreprises Electriques et Gazières) émet également des réserves. "Nous préférions geler les prix au niveau européen plutôt qu’au niveau belge", dit-il d’emblée. "Si on gèle au niveau européen, le marché peut encore continuer à fonctionner mais le gel des prix n’est pas une solution miracle. Le prix sera toujours semblable au prix de Corée ou du Japon puisque nous sommes des compétiteurs pour le gaz liquéfié international. Geler les prix au niveau européen diminuera les factures d’énergie, mais ce ne sera pas comme il y a trois ans."

Marc van den Bosche : "Geler les prix de l'énergie n'est pas une solution miracle"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Le budget de l’État, la dette est quasiment insoutenable. Les taux d’intérêts augmentent", ajoute à son tour l’économiste à l’UCLouvain, Bertrand Candelon. "On a déjà dépensé autour de 6 milliards pour les mesures. Plafonner les prix veut dire qu’on va vendre un prix de l’énergie en dessous du prix du marché qui est globalisé. Il y aura donc une compensation de l’État. Mais si c’est pour devenir insoutenable, on paiera plus cher dans le futur et ce sont les jeunes qui risquent de sacrément trimer."

Selon lui, geler les prix de l’énergie bénéficierait plus aux gros consommateurs qu’aux petits.

Bertrand Candelon : "Le gel des prix est une mauvaise solution actuellement"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous