Borinage : interpellation de 21 personnes suspectées de trafic de stupéfiants depuis l'Espagne

Illustration

© PxHere

28 avr. 2021 à 16:17 - mise à jour 28 avr. 2021 à 16:17Temps de lecture3 min
Par RTBF

Depuis ce 21 avril 2021, une série d’interpellations et de perquisitions ont été menées suite à une longue enquête de la Police Judiciaire Fédérale Mons-Tournai menée depuis 2019. Elle visait une organisation criminelle impliquée dans un trafic international de stupéfiants (cannabis, haschich, cocaïne) et de véhicules volés.

Tout est parti d’informations indiquant l’existence d’un important trafic de stupéfiants alimentant la région du Borinage. L’enquête menée avec l’appui des unités spéciales et grâce à la coopération internationale judiciaire et policière en France et en Espagne, a permis de mettre à jour l’importance du trafic organisé depuis l’Espagne sous la couverture d’une société établie dans la région de Grenade via des transports de haschisch et de marijuana. 

La technique du "Go Fast"

La technique utilisée était celle des "go fast" : la drogue est véhiculée vers sa destination à bord de véhicules rapides précédés d’un véhicule ouvreur. Huit transports de ce type ont été identifiés, dont un a mené à l’interception à Bayonne en janvier 2020 de trois suspects du dossier alors qu’ils "remontaient" 120 kg de cannabis.

La filière s’est ensuite organisée au départ d’une société de transport fantôme établie dans la région de Madrid pour acheminer la drogue depuis le sud de l’Espagne vers la Belgique. Entre fin août 2020 et février 2021, plusieurs voyages de camions de la société ont été retracés : la drogue était acheminée à bord des camions vers un hangar dans le Borinage et vers Bruxelles au rythme d’un transport plus ou moins tous les quinze jours.

Première opération

Ce mercredi 21 avril 2021 au matin, une première opération d’envergure a été menée, visant la tête de l’organisation. Onze perquisitions ont été menées en Belgique, essentiellement dans le Borinage et trois perquisitions ont été menées sur base de demandes d’enquête européenne en France à Valenciennes, Maubeuge et Lille. En tout douze personnes ont été interpellées

80 policiers de la PJF Mons-Tournai sont intervenus ce jour-là avec l’appui de maîtres-chiens de la police fédérale et la collaboration des collègues français de la police de Maubeuge, de la Sûreté Départementale de Lille et de la Section de Recherche de la Gendarmerie de Valenciennes.

Plusieurs suites d’interpellations ont été menées durant la fin de semaine et le week-end avec l’appui des zones de Police Boraine et de Mons-Quévy.

Deuxième vague

Ce lundi 26 avril 2021, deuxième vague de l’opération, elle visait les dealers de l’organisation et elle a été menée en procédant à neuf nouvelles perquisitions dans la région du Borinage, à Mons, Bernissart et Soignies. Cinq nouvelles personnes ont été interpellées. 60 enquêteurs de la PJF Mons-Tournai ont été engagés avec l’appui de maîtres-chiens de la police fédérale.

Jamais deux sans trois

Ce mardi 27 avril 2021, troisième vague de perquisitions qui ciblaient d’autres dealers et le volet trafic de véhicules. Dix perquisitions ont été menées à Bruxelles Mons, Antoing, Péruwelz, dans le Borinage et quatre personnes interpellées. 55 enquêteurs de la PJF Mons-Tournai ont à nouveau été engagés avec l’appui de la zone de police de Bruxelles-Ixelles.

Le bilan chiffré 

21 suspects ont été interpellés dont six ont été placés sous mandats d’arrêt en Belgique et deux en France en attente d’exécution des mandats d’arrêt européens délivrés par la juge d’instruction montoise. Dix personnes ont été inculpées et remises en liberté. 120kg de cannabis ont été saisis à Bayonne en janvier 2020. Cinq véhicules, trois BMW, une Fiat et une Porsche, ont été saisis, de même que sept véhicules volés en Belgique et à Valenciennes ainsi qu’une moto volée et maquillée, deux armes de poing et 15.000 euros en cash.

À tout cela il faut ajouter de petites quantités de drogues diverses, de nombreux GSM et du matériel nécessaire au trafic et au conditionnement.

La Division COT "Criminalité organisée et Terrorisme" de la PFJ Mons-Tournai poursuit l’enquête sous la direction de la juge d’instruction Véronique Laloux.

Articles recommandés pour vous