Regions Bruxelles

Bousculades au Petit Château : le personnel en arrêt de travail depuis 13 heures pour dénoncer une situation intenable

Chaos au Petit-Château entre demandeurs d'asile et policiers (images du 23/08/2022)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

23 août 2022 à 10:49 - mise à jour 23 août 2022 à 10:51Temps de lecture2 min
Par Anthony Roberfroid avec Belga

La police est intervenue, mardi, pour disperser les demandeurs d'asile qui faisaient la file devant le centre d'accueil du Petit-Château, boulevard du Neuvième de Ligne à Bruxelles. L'attente a dégénéré en bousculade violente parce que chacun des demandeurs souhaitait obtenir l'une des dernières places d'accueil disponibles.

Les demandeurs d'asile ont été contraints, par la police, d'attendre devant le Petit-Château du côté de la petite ceinture, bien que l'entrée se trouve derrière le bâtiment, à la suite de bousculades qui ont eu lieu ce mardi matin devant cette entrée, provoquant un certain chaos.

Une telle situation s'est déjà produite jeudi. Une présence policière est depuis lors instaurée pour superviser la file d'attente à l'extérieur. La situation "fait l'objet d'une évaluation constante", selon Fedasil. "Il existe une concertation permanente entre la Ville de Bruxelles, la police, Fedasil et le cabinet de la Secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration".    

Les familles, les femmes seules, les mineurs et les personnes vulnérables sont prioritaires pour s'inscrire chaque jour. Les places restantes sont ensuite occupées par des hommes célibataires. C'est lors de cette distribution des places restantes que les choses ont mal tourné ce mardi matin. Il y a eu beaucoup de bousculades et plusieurs demandeurs d'asile sont tombés au sol entre et par-dessus les barrières Nadar. En conséquence, la procédure de candidature a été interrompue prématurément.
 

Les agents chargés de la gestion des demandeurs d’asile au Petit Château ont annoncé qu’ils procéderont à un arrêt de travail dès 13 heures pour dénoncer la situation de l’accueil.

Pour l’ASBL CIRE (Coordination et Initiatives pour Réfugiés et Étrangers), la situation des DPI (demandeurs de protection internationale) est intenable.

Les tensions sur le terrain avaient déjà entraîné jeudi dernier une fermeture temporaire du dispositif d’accueil des candidats réfugiés à Bruxelles.

Le Petit château avait rouvert ses portes vendredi mais les problèmes concernant l’accueil des demandeurs d’asiles continuent de persister.

Lundi matin, 19 mineurs non accompagnés, 153 personnes en famille et 21 hommes isolés ont pu s’enregistrer.

Sur le même sujet

Sotieta Ngo, directrice générale du CIRÉ, sur la crise d’accueil des demandeurs d’asile : "quand on est au bout des capacités d’accueil, on en trouve d’autres"

Belgique

Myria demande plus de logements individuels pour les demandeurs d'asile, il y en a de moins en moins

Belgique

Articles recommandés pour vous