RTBFPasser au contenu
Rechercher

Entrez sans frapper

"Breaking Bad" : la série qui a fait le pont entre la télévision et l'ère du streaming

Spéciale "Breaking Bad" avec Arthur Cerf

Entrez sans frapper

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Breaking Bad est l’une des séries les plus acclamées du 21e siècle. Arthur Cerf, collaborateur à Society et Vanity Fair, sort un livre sur les dessous de ce succès.

Comment un prof de chimie sans histoires s’est transformé en baron de la drogue le plus terrifiant des années 2000 ? C’est le scénario de la série Breaking Bad, lancée en 2008.

En 62 épisodes répartis sur 5 saisons, elle est devenue l’une des séries phénomènes de ces dernières années, autant adulée par la critique que par le public.

Walter White, un prof de chimie de 50 ans à Albuquerque et père de famille a un cancer incurable. Le diagnostic n’est pas bon, on lui accorde 2 ans de vie maximum. Cet homme ordinaire, délaissé par le système des soins de santé américain, part alors en vrille. Il profite de son expertise de prof de chimie pour s’enrichir et mettre sa famille à l’abri en produisant de la méthamphétamine qui est rare et coûte très cher. S’en suivent des situations aussi dangereuses que rocambolesques.

Le changement de paradigme : vers le streaming

Breaking Bad, c’est l’histoire d’une série qui a rendu accro le public. Mais le succès met d’abord longtemps à germer.

Vince Gilligan, auteur de X-Files notamment, en pleine crise de la quarantaine, planche sur une nouvelle série avec l’auteur Thomas Schnauz. Après avoir lu un article d’un père de famille qui cuisine de la méthamphétamine qui a intoxiqué ses voisins, ils se lancent dans le scénario.

Pour la diffusion, ils ne convainquent que la chaîne AMC car l’idée d’une série autour d’un antihéros n’est pas neuve. Mais la suite "est une espèce d’effet boule de neige" pour Arthur Cerf. Elle rassemble environ 1 à 2 millions de téléspectateurs sur les 4 premières saisons jusqu’au moment où le géant Netflix rachète les droits. Le phénomène du binge-watching permet à la planète entière de la regarder. En résumé, Breaking Bad "fait le pont entre l’ère des chaînes de télévision câblées et l’ère des plateformes de streaming".

Le casting a aussi accroché le public. Le duo Aaron Paul-Bryan Cranston fonctionne à merveille. L’audience se reconnaît dans ce dernier. Les scénaristes parviennent à "faire passer cette ordure en ne tuant jamais l’empathie et l’attachement qu’on a pour ce personnage […] cela peut marcher s’il continue de véhiculer cette bonhomie américaine de façade".

► Arthur Cerf, collaborateur à Society et Vanity Fair, pour son livre sur la série culte Breaking Bad, éd. Capricci.

Loading...

Sur le même sujet

Better Call Saul : la série Breaking Bad connaîtra-t-elle d’autres spin-off ?

Tipik

"The Tourist" : Jamie Dornan amnésique et explosif dans cette série thriller inédite

Articles recommandés pour vous