RTBFPasser au contenu
Rechercher

Les Grenades

Brussels Podcast Festival : "Donner la parole à des personnes qui l’ont moins, voire pas du tout"

05 avr. 2022 à 14:49Temps de lecture5 min
Par Sarah Lohisse pour Les Grenades

Du 7 au 10 avril 2022 aura lieu le Brussels Podcast Festival (BPF), un festival à 100% dédié aux podcasts et aux créations radiophoniques et sonores. L’occasion de venir faire frémir ses oreilles avec les dernières créations belges ou d’ailleurs.

Cette année, du 7 au 10 avril aura lieu la troisième édition du Brussels Podcast Festival organisé par l’Atelier 210, en partenariat avec Bruxelles Nous Appartient-Brussel Behoort Ons Toe (BNA-BBOT), une structure de création sonore. Derrière lui, une dizaine de personnes, dont trois co-programmatrices : Morgan Liesenhoff, Camille Loiseau et Ruby Bernabeu-Plous qui grouillent et fouillent les meilleures créations depuis plus de sept mois pour offrir un festival haut en sonorité.

Le BPF, c’est plus de 40 événements en français et en néerlandais, de discussion, d’écoute collective et de partage, avec comme ligne de conduite : le podcast comme moteur de changement social.

La Belgique à la pointe en création sonore

C’est en participant aux Blow Out Sessions organisés par l’Atelier 210 – des séances d’écoute de podcast entièrement dans le noir qui mettent en avant un seul sens : l’ouïe – que l’envie d’élaborer un festival autour du podcast est née.

"On a voulu créer un événement pour que d’autres puissent s’exprimer. Le podcast est une source infinie de connaissance avec une liberté de ton et de temps permettant des émissions de fond. C’est une forme d’apprentissage", commente Morgan Liesenhoff.

Inspiré du Paris Podcast Festival, le BPF souhaite valoriser le secteur radiophonique. Si l’on a tendance à croire que le podcast est en retard au regard de nos voisins français, Camille Loiseau nous explique que cela dépend ce que l’on entend derrière le terme : "Si on parle de création sonore, la Belgique est vraiment à la pointe à ce niveau. Il y a énormément d’aides par rapport à la France comme le fonds d’aide à la création radiophonique (FACR), le fonds Gulliver ou encore l’ACSR, ce qui permet d’avoir des auteur.rices de podcast et des créations de qualité, et ce, depuis longtemps. C’est vrai qu’en Belgique, on a peu de studios de production, mais ça commence à venir. Pour nous, c’est important d’aider ce secteur à se professionnaliser, mais aussi de refléter la richesse et la diversité de tout ce qui est son, au-delà de podcast".

►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe

Le podcast comme moteur de changement social

Cette édition 2022 signe une série de nouveautés : plus de créateur.rices belges, une journée professionnelle en amont du Festival, de nouvelles thématiques, un nouveau prix parrainé par l’AJP : le prix enquête-reportage-entretien, mais aussi une rencontre entre les publics francophones et néerlandophones. "On propose des événements dans les langues respectives mais aussi bilingues, où les publics peuvent se mélanger. Il y a aussi des rendez-vous où il ne faut pas spécialement parler la langue, comme les DJ set du samedi soir", souligne Morgan Liesenhoff.

Toute cette programmation a comme fil rouge le podcast comme moteur de changement social pour dire : "Ensemble on va questionner nos privilèges, nos expériences et nos vécus, déconstruire pour reconstruire et favoriser l’échange", comme débute l’édito du BPF.

"Dans l’ensemble de la programmation, et c’est à ça que sert le podcast : c’est de donner la parole à des personnes qui l’ont moins, voire pas du tout dans les médias traditionnels. Ce sont des thématiques qui nous ont toujours intéressées à la fois dans les sujets qu’on traite, mais aussi dans les personnes qu’on invite. On fait attention à ce qu’il y ait des femmes, des personnes racisées, des personnes qui représentent différents milieux socioculturels. On a toujours gardé l’intersectionnalité en tête dans notre programmation et on essaie d’évoluer chaque année", expliquent les co-fondatrices du BPF.

Écoute collective

L’intérêt du Festival réside aussi autour de l’écoute collective du podcast, médium traditionnellement plus intime, solitaire. "Il y a énormément de thématiques qui sont abordées, notamment celles liées aux discriminations. Il n’y a aucun médium qui est plus politique que celui-là par ce qu’il permet. On ne veut pas non plus lancer en pâture aux gens certaines écoutes sans trigger warning [NDLR : "avertissement", en français]. On veut que ça soit une porte ouverte sur une discussion, de l’échange : d’où l’importance d’être ensemble", commence Camille Loiseau. Morgane Liesenhoff appuie de son côté : "Il y a une émotion, une énergie particulière qui se dégage en écoutant ensemble quelque chose de très intime".

Elle continue en souriant : "Il y a des moments plus uniques en collectif. C’est la raison pour laquelle il faut venir. Il va y avoir des expériences autour de l’écoute, notamment à travers des spectacles, des ateliers, des enregistrements live, des rencontres".

►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici

Des moments d’écoute autour de thématiques chères au Festival comme "Somos", d’Isola Podcast qui met en lumière des jeunes belges transgenres, "de la madré à la guerrière", documentaire radiophonique sur le collectif des madrés en présence des autrices Latifa Elmcabeni et Maud Girault, des moments pour les plus jeunes avec des lectures de conte des Drag artistes du Cabaret Mademoiselle Etna et Alvilda, une rencontre avec Mélanie Cao, fondatrice du projet Asiofeminism Now !, qui questionne le podcast comme façon de raconter les vécus minoritaires, ou encore une rencontre "Programme B" avec les journalistes Safia Kessas, Thomas Rozec et Sarah Vildeuil pour parler de la subjectivité journalistique.

Les Grenades présentes au festival

Les Grenades seront aussi évidemment présentes au Festival et vous donnent rendez-vous le samedi 09 avril à 20h15 pour un "En tête-à-tête" avec la journaliste et réalisatrice Safia Kessas. Fatima-Zohra Ait El Maâti, réalisatrice, artiste multidisciplinaire et fondatrice du collectif féministe et décolonial Imazi. Reine, Geneviève Kaninda, juriste spécialisée en droit international et co-coordinatrice du Collectif Mémoire Colonial et Maïté Meeûs, militante féministe et fondatrice de la page Instagram "Balance ton bar" seront à ses côtés pour discuter ensemble autour de la question "quel(s) féminisme(s) pour demain, quel(s) engagement(s) pour la jeunesse ?".

Le focus du podcast En tête-à-tête portera sur les différentes manières de façonner la société et la nécessité d’un engagement aux militances complémentaires, d’un féminisme inclusif et intersectionnel.

Loading...

Infos pratiques

L’entièreté du programme se retrouve sur le site du Brussels Podcast Festival. Si vous souhaitez vous assurer une place, les pass sont en vente en ligne jusqu’au mercredi 06 avril 2022 entre 5 et 25€, en fonction de vos moyens, et la vente des tickets se poursuivra sur place, durant le Festival.


Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Sur le même sujet

Brussels Podcast Festival : les coups de cœur des programmatrices et de la rédaction RTBF Culture

Culture web

Articles recommandés pour vous