Regions Bruxelles

Bruxelles: le parquet ne demande pas de poursuite de policiers dans l'affaire du jeune mortellement fauché par un combi en 2019

le parquet ne demande pas de poursuite de policier dans l'affaire du jeune mortellement fauché par un combi

© THIERRY ROGE - BELGAIMAGE

08 oct. 2020 à 07:36 - mise à jour 08 oct. 2020 à 07:36Temps de lecture2 min
Par Bruno Schmitz

C’est une affaire qui avait fait grand bruit en août 2019. Mehdi, un jeune d’homme de 17 ans, a été mortellement fauché par un combi de police en intervention, alors qu’il traversait la rue Cantersteen dans le centre-ville de Bruxelles, peut-être pour fuir un contrôle des forces de l’ordre. Une plainte avait été déposée par la famille et un juge d’instruction désigné.

Aujourd’hui, on apprend que l’enquête est clôturée et que le parquet de Bruxelles ne va demander le renvoi d’aucun policier en justice. Dans un communiqué, le parquet explique : "Le juge d’instruction n’a estimé devoir inculper personne dans le cadre de ce dossier ce qui revient à dire qu’aucun indice sérieux de l’existence d’une infraction pénale n’a été retenu. Le dossier de la procédure a été renvoyé au parquet de Bruxelles qui a tracé un réquisitoire de non-lieu pour absence de charges suffisantes à l’encontre des protagonistes du dossier et notamment du conducteur du véhicule de police".

En d’autres mots, le parquet ne va pas demander l’ouverture d’un procès à l’encontre de policiers. C’est ce qui sera plaidé devant la chambre du conseil. C’est elle qui, au final, devra statuer sur les charges existantes ou non dans le présent dossier. En clair, déterminer si un procès doit avoir lieu ou pas et avec qui comme prévenu. La date de l’audience de cette chambre n’est pas encore connue.

Des devoirs complémentaires encore possibles

Dans son communiqué, le parquet ajoute les éléments qui sont ressortis de l’enquête menée "en toute indépendance par le juge d’instruction" et qui ont entrainé cette décision de ne pas demander à poursuivre de policiers : 

- Lors d’un contrôle mené par les services de police dans le cadre d’une affaire relative à de la vente de stupéfiants, une course-poursuite à pieds s’est opérée entre un policier et un suspect (la victime de l’accident), ce dernier ayant refusé d’obtempérer aux injonctions des policiers ; à la sortie de la galerie Ravenstein, alors que le suspect s’engage dans la rue Cantersteen, il traverse en courant la chaussée, sur un passage pour piétons, entre une camionnette et un camion de Bruxelles-propreté garés en double file et est heurté par un véhicule de police appelé pour une autre mission.

- Il ressort des témoignages recueillis que les feux de signalisation étaient en phase verte pour les voitures et rouge pour les piétons, les images des caméras de vidéosurveillance révèlent par ailleurs que les feux étaient déjà en phase verte lorsque le véhicule de police a franchi le précédents carrefour.

- La boîte noire du véhicule, qui a été analysée lors de l’enquête, révèle que les feux bleus du véhicule de police étaient actionnés mais pas la sirène.

- Un expert automobile a estimé à 95 km/h la vitesse résiduelle du véhicule lors de l’impact avec le piéton, il poursuit en indiquant que ce dernier n’a été visible que sur une distance parcourue de 2,5 mètres et en conclut que si le véhicule de police avait été animé d’une vitesse maximum de 50km/h, le conducteur du véhicule n’aurait rien pu faire pour éviter la collision avec le piéton.

 

Le parquet de Bruxelles rappelle que les parties peuvent encore solliciter des devoirs complémentaires de la part du juge d’instruction si elles estiment que le dossier est incomplet.

Un jeune mortellement fauché par un véhicule de la police: sujet du JT du 21/0/2019

Accident : un fuyard fauché par la police

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous