Regions Bruxelles

Bruxelles : les psychiatres vous prescrivent une visite au musée

© © Tous droits réservés

Le poids d’une maladie mentale, le stress, la dépression ou un burn-out peuvent inviter à l’isolement. Dans ce cas de figure, la culture peut être salvatrice pour les patients. C’est pourquoi la Ville de Bruxelles lance dès ce lundi 12 septembre un projet pilote. Le personnel médical du service psychiatrique du CHU Brugmann peut désormais prescrire une visite au musée. C’est une prescription muséale et c’est entièrement gratuit.

Une idée québécoise la sauce bruxelloise

La prescription muséale, c’est une initiative insufflée par l’échevine de Culture à Bruxelles, Delphine Houba. L’idée vient de Québec, au Canada, mais l’échevine a souhaité adapter l’idée "à la sauce bruxelloise".

Concrètement, les psychiatres et psychologues du CHU Brugmann peuvent désormais remplir un simple document qui donnera un accès gratuit aux patients et jusqu’à trois de leurs proches dans un des cinq musées de la Ville de Bruxelles.

En l’occurrence, le Musée de la ville de Bruxelles, le Musée des Egouts, le Musée Mode & Dentelle et le centre d’exposition CENTRALE for contemporary art. "On a souhaité rendre accessible toute la variété des musées bruxellois", commente Delphine Houba.

L’accessibilité aux musées étant l’un des objectifs principaux de la démarche, les patients qui bénéficient de la prescription ne seront pas accompagnés d’un professionnel de la santé. "Il n’y a rien qui a été prévu volontairement pour ne pas stigmatiser les patients et les patients. Le public vient visiter à son rythme, en fonction de ce qui l’intéresse", ajoute Denis Laurent, le directeur des musées de la Ville, "ça a été discuté, co-construit avec le personnel médical".

Susciter de l’émotion

La dimension gratuite de l’opération a tout son sens, pour le Dr Vincent Lustygier, psychiatre et responsable de l’hôpital de jour en psychiatrie, "les patients psy ont aussi, souvent, une détresse financière énorme, donc avoir une prescription muséale, pouvoir aller au musée gratuitement, pouvoir y aller en famille, je pense que c’est une belle ouverture".

Recréer des liens en famille, c’est un des nombreux bénéfices vanté par les professionnels du secteur. "On sait que cette connexion avec l’émotion d’une œuvre d’art peut interpeller certains patients. On peut peut-être métaboliser cette émotion. On peut essayer de travailler avec lui, qu’est-ce que ça a évoqué, pourquoi ça l’a touché, pourquoi ce musée-là plutôt qu’un autre", ajoute le psychiatre.

Actuellement, la prescription muséale ne reste que dans le giron communal bruxellois. Le CHU et les musées concernés sont des services publics de la Ville. Toutefois une évaluation est prévue dans 6 mois et les autorités n’écartent pas la possibilité d’un élargissement de l’opération.

Sur le même sujet

Le béguinage d’Anderlecht rouvre ses portes au public

Regions

Articles recommandés pour vous