Culture Club

"Ça" de Stephen King, le livre qui avait tout pour être un carton au cinéma

Pennywise the Clown Mural

© 2017 Getty Images

Série, film, préquel, produits dérivés : l’univers de "Ça", imaginé par Stephen King il y a plus de 50 ans, réussit encore aujourd’hui à séduire le public adepte de l’horreur. Au cœur de l’intrigue, un clown maléfique qui n’est certainement pas pour rien dans le succès qu’a rencontré "Ça", que ce soit dans le livre originel ou au cinéma.

Revenons tout d’abord aux origines. "Ça" (ou "It" dans sa version originale en anglais) est avant tout une incroyable œuvre littéraire sortie de l’imagination du maître de l’horreur Stephen King. Mais si, vous voyez ! Stephen King, c’est aussi l’auteur de Shining, La ligne verte ou encore Salem… Mais parmi tous les romans et nouvelles écrits par Stephen King, "Ça" est l’un des plus connus et appréciés par les fans de l’auteur.

 

Un conte norvégien comme source d’inspiration

L’auteur imagine la trame de son roman dès la fin des années 70. À cette époque, il vit dans le Colorado. Alors qu’il se rend chez son garagiste, il passe sur un pont en bois sur lequel ses pas vont résonner. Il imagine alors qu’un troll pourrait être caché sous les lattes de ce pont. En réalité, cette idée ne lui vient pas de nulle part : il avoue lui-même s’être inspiré d’un conte norvégien, "Les trois boucs bourrus", dans lequel 3 chèvres déjouent un troll de pont. Pour la faire rapide, Stephen King s’est imaginé le pont comme s’il s’agissait d’une ville et en dessous de ce pont, on retrouverait donc tout un réseau d’égouttage, dans lequel se cacherait une entité maléfique.

Loading...

Après cette petite visite chez son garagiste, la trame narrative de "Ça" lui vient en tête : deux époques vont s’entremêler sous forme d’une narration non linéaire – on passe tour à tour des années 50 aux années 80 – dans laquelle 7 enfants (devenus adultes dans les années 80) vont affronter un monstre connu sous le nom de "Ça". Elle se présente principalement sous la forme d’un clown maléfique appelé Grippe-sou, qui attire les enfants grâce à son apparence de clown, mais peut aussi revêtir la forme des peurs les plus profondes de chacun des enfants (oui, c'est un peu barré, et ça fait un peu penser aux épouvantards dans Harry Potter, mais c'est clairement Stephen King qui a eu l'idée en premier, déso J.K. Rowling).

Le Club des ratés contre Grippe-Sou

C’est après avoir déménagé dans le Maine, plus précisément dans la ville de Bangor, que Stephen King imagine la ville fictionnelle de Derry dans laquelle se déroulera l’intrigue de "Ça". Celle d’un monstre caché dans le réseau d’égouttage de la ville, un monstre surnommé "Ça" qui va finir par tuer un jeune enfant et terroriser la ville. Le monstre, à l’apparence de clown, va s’attirer les foudres d’un groupe de gamins qui se surnomme "Le club des ratés".

Loading...

Paru le 15 septembre 1986, "Ça" est un roman de plus de 1000 pages, ce qui en fait à l’époque son roman le plus long. Autre fait exceptionnel : la parution de "Ça" devient le premier tirage d’un roman à plus d’un million d’exemplaires. Il se classe rapidement en tête des ventes de fiction aux USA et va même jusqu’à remporter le prix British Fantasy.

Une série et 2 cartons au box-office plus tard…

À l’époque de sa sortie déjà, "Ça" a tout d’un objet littéraire exceptionnel et va donc naturellement intéresser plusieurs studios. La figure de Grippe-Sou est évidemment très intéressante à adapter : un clown qui terrorise et tue des jeunes, ça n’est pas commode. En 1990, "Ça" a ainsi droit à son adaptation sur petit écran d’abord. Tommy Lee Wallace reprend en effet l’intrigue déroulée par Stephen King dans "Ça" et en fait un téléfilm en 2 volets, avec Tim Curry dans le rôle du clown maléfique. L’interprétation de Curry a d’ailleurs fortement marqué les esprits à l’époque et certainement contribué à la renommée de "Ça".

Près de 30 ans après la première adaptation, c’est au cinéma qu’on a retrouvé l’intrigue de Stephen King. "Ça 1" sort en septembre 2017 et "Ça 2" en septembre 2019. Réalisés par Andy Muschietti, les films font un carton au box-office. Le rôle de Grippe-sou a cette fois été confié à Bill Skarsgard. La narration non linéaire choisie par King en 1986 a été écartée par Muschietti, qui a choisi de scinder les 2 époques de façon très claire. Le premier volet (2017) aborde la partie de l’histoire où le club des ratés n’est encore qu’une bande d’enfants terrorisés et alors que dans le livre de Stephen King, les enfants vivaient dans les années 50, Muschietti a décidé de placer cette intrigue dans les années 80. La série Stranger Things n'y est pas pour rien: Muschietti a bien vu que cette série, qui se déroule dans les années 80, était un carton et décide donc de surfer sur la vague. Le second volet, sorti en 2019, reprend, lui, la partie de l'intrigue où les enfants du club des ratés sont devenus adultes.

Aujourd’hui, une série est annoncée, sans date de sortie précise. On sait par contre que le projet est intitulé "Welcome to Derry", du nom de la ville dans laquelle King avait placé l’intrigue originale, et qu’il s’agira d’un préquel : l’intrigue se situera chronologiquement avant celle imaginée par Stephen King, et il se pourrait d’ailleurs que les origines de Grippe-sou fassent l’objet d’un focus. À la production, on retrouvera d’ailleurs Andy et Barbara Muschietti, lesquels avaient déjà signé les adaptations cinématographiques de 2017 et 2019. Tout cela est encore très hypothétique, mais vu le succès rencontré par les différentes adaptations du roman de King, l’idée qu’une série préquelle finisse par voir le jour n’est pas tout à fait saugrenue… Suite au prochain épisode !

Sur le même sujet

Qui est Jordan Peele, le nouveau maître de l’horreur ?

Tipik - Pop Culture

"Donjons et Dragons" : le teaser annonce un film très léger

Tipik

Articles recommandés pour vous