California Dreaming : Michele Phillips

california dreaming

© Michael Ochs Archives - Getty

Invitée à parler de ses folles et jeunes années dans le film documentaire "L’Echo de Laurel Canyon", Michelle Phillips, devenue aujourd’hui une dame fort respectable d’un certain âge, raconte cette période libre et créative de la fin des sixties et début seventies.

Le film d’Andrew Slater est un véritable régal pour les fanas de cette musique qui n’a jamais cessé d’inspirer chaque nouvelle génération de musiciens.

california dreaming

C’est le fils de Bob Dylan, Jakob, qui mène la danse et fait défiler tout ce que cette musique compte de légendes : Jackson Browne, Clapton, Graham Nash, Tom Petty (pour sa dernière interview), le tout parsemé d’images d’archives et de témoignage et de séquences live.

Michelle Phillips parle avec bonheur de cette période, cet âge d’or où sans rougir avoue en avoir profité et expérimenté. Libre et très belle, elle était, souvenez-vous, la partie féminine aux côtés de Mama Cass du groupe The Mamas And The Papas.

Les Byrds, les Beach Boys et les Mamas And The Papas, voici la Sainte Trinité de l’époque. Les seuls à faire de l’ombre aux artistes britanniques. Pourtant, notre quatuor ne va agiter la scène folk rock que très peu de temps. Michelle Phillips, virée du groupe en 66, reviendra pour le chant du cygne. Clap de fin pour The Mamas And The Papas en 1971.

california dreaming

Avant d’entamer une carrière d’actrice à la fin des années 70, Michelle Phillips sortira son seul et unique album en 1977. Un album qui avait toutes ses chances, mais qui n’a pas laissé un souvenir impérissable. Trop peu ancré dans son époque, l’album oscille entre ballades pop surannées et petits soubresauts gentiment rock. Beaucoup de bonnes intentions, mais qui ne sauveront pas le navire. Bref, ''Victime Of Romance'' est publié chez A&M Records en 1977, le label, souvenez-vous, fondé par Jerry Moss et le musicien Herb Alpert.

La pochette montre Michele Phillips en maillot de bain, les photos sont signées Terry O’Neill, le photographe de stars de l’époque. Devant son objectif sont passés : Elton John, les Stones, Amy Winehouse, Bowie, Faye Dunaway (qui sera son épouse dans les années 80).

Dix titres, dont des compositions de Moon Martin et Alan Gordon, et ce morceau ''Baby As You Turn Away'' écrit par les Bee Gees.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet