Regions Hainaut

Campus vert : ces étudiants qui choisissent de loger à la ferme

28 nov. 2022 à 11:16Temps de lecture2 min
Par Denis Vanderbrugge

A Sebourg, un village situé à un jet de pierre de la frontière franco-belge, Paul et Anaëlle viennent de poser leurs valises dans un petit studio d’une vingtaine de mètres carrés. Douche, kitchenette, lit deux places et coin salon : "Ce n’est pas très grand mais il y a tout ce qu’il faut", sourit Paul. Un logement étudiant comme les autres, à un détail près : il est situé à la campagne, au cœur d’une ferme, loin de l’activité de la ville de Valenciennes où le jeune couple fait ses études.

Le calme, c’est ce qui a amené là-bas ces jeunes. A cela s’est ajouté un autre argument de poids : le loyer. "On est à 310€ par mois sans les charges, reprend Paul. Si on avait dû loger en ville, à Valenciennes, nous aurions dû débourser dans les 500€ pour des logements plus vétustes." Le trajet de 20 minutes pour rallier l’université n’est pas un obstacle pour eux. Pas plus que l’éloignement de la vie festive estudiantine.

Une opération gagnante pour l’agriculteur

Leur kot, Paul et Anaëlle l’ont trouvé grâce à Campus Vert, une association française qui met en relation les étudiants avec des agriculteurs qui ont des logements à proposer. Raphaël Delmotte, le fermier de Sebourg qui les héberge, a été séduit par le concept. Il a donc investi 300 mille euros, partiellement subsidiés, pour convertir des anciennes étables qui se dégradaient en cinq studios neufs.

"Ma motivation première, c’était de pouvoir revaloriser mes bâtiments et puis d’ensuite en tirer un bénéfice, explique-t-il. Accueillir des gens, c’est aussi un aspect sympathique." Et le succès est au rendez-vous pour l’agriculteur. Outre les étudiants, ses logements Campus Vert sont également accessibles aux jeunes qui débarquent sur le marché de l’emploi. "Ça fait trois ans et demi que mes logements sont en location, ils ne sont quasiment jamais vides. Dès qu’un studio se libère, il est aussitôt loué." De sorte que Raphaël Delmotte estime qu’il aura rentabilisé son investissement en 14 ans.

Comme Raphaël, beaucoup d’agriculteurs ont choisi de convertir une partie de leur ferme en logements pour des étudiants. Ce qui permet à l’association Campus Vert de proposer environ 500 logements à la ferme dans la région des Hauts de France. Certaines de ces fermes situées le long de la frontière séduisent même des jeunes Français qui suivent leurs études côté belge dans le Hainaut.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous