CAN

CAN - Aliou Cissé, sélectionneur du Sénégal : du traumatisme malien au conte de fée camerounais

Les Lions de la Teranga savourent leur premier titre continental avec leur coach, Aliou Cissé

© Belga/Sports Inc/PA Images

10 févr. 2022 à 06:00Temps de lecture3 min
Par Arthur Roels

Derrière toute grande équipe de football se cache un grand entraîneur, un coach qui est parvenu à sublimer ses joueurs. Aux côtés des superstars Sadio Mané et Edouard Mendy, Aliou Cissé a réalisé le rêve de nombreux Sénégalais en remportant le premier trophée continental pour les Lions de la Teranga. Et pourtant, le sélectionneur n’a pas toujours fait l’unanimité, loin de là. De l’échec de 2002 au tir au but victorieux de Mané, retour sur le parcours de celui qui se fait désormais appeler "El Tactico".

Critiqué de toutes parts avant cette CAN et même après les premiers matchs de poule, l’entraîneur des Lions de la Teranga s’est finalement mué en héros pour la nation. Aliou Cissé a fait taire ses détracteurs au meilleur moment, lui qui se faisait réprimander pour ses choix tactiques, son jeu défensif (0 but encaissé pour seulement 1 but marqué en 3 matches de poule) ou son incapacité à tirer le meilleur de stars comme Sadio Mané.

Après des premiers matches poussifs où le coach sénégalais appliquait le fameux adage "on ne change pas une équipe qui gagne", c’est en huitième de finale qu’il abat véritablement ses premières cartes. Face au Cap-Vert, le sélectionneur de 45 ans choisit de décaler Boulaye Dia sur le côté droit et de titulariser Famara Diédhiou en pointe. Résultat : l’attaquant d’Alanyaspor délivre une offrande à Bamba Dieng pour plier le match. Diédhiou ne s’arrête pas en si bon chemin et ouvre le score en quart face à la Guinée Equatoriale, une première pour un avant-centre du Sénégal en CAN depuis Moussa Sow contre l’Algérie en 2017 (12 matches). Suite à l’égalisation des Equatoguinéens à la 57e (1-1), "El Tactico" décide de lancer Ismaïla Sarr et Cheikhou Kouyaté. Des choix payants puisque les deux joueurs vont marquer et offrir ainsi la victoire aux Lions de la Teranga (3-1).

Souvenir douloureux en 2002

Né au Sénégal, Aliou Cissé rejoint le Val-de-Marne dès l’âge de 9 ans. C’est en France qu’il fait ses premiers pas en club, sous les couleurs du Red Star Champigny. Pendant son adolescence, il rejoint le monde du football professionnel en intégrant le centre de formation de Lille. Il reste plusieurs années dans le club du Nord, rejoint Sedan en 1997 et connaît son apogée au Paris Saint-Germain où il est vice-champion de France et finaliste de la Coupe de la Ligue en 2000. Après un passage à Montpellier, il tente l’aventure en Angleterre à Birmingham et Portsmouth. Sa carrière de footballeur prend fin en 2009 à Nîmes, après avoir effectué un bref retour à Sedan.

Avant d’entraîner le Sénégal, Aliou Cissé a joué lui-même pour l’équipe nationale, à pareille époque qu’un certain Khalilou Fadiga. Il fait partie de cette génération battue en quart de finale de la Coupe du monde 2002, non sans avoir éjecté la France à l’issue de la phase de poules.

Malgré cette belle performance, les amateurs sénégalais du ballon rond n’ont jamais oublié son tir au but décisif manqué face au Cameroun en finale de la CAN 2002, ni la finale perdue en 2019 contre l’Algérie. Deux revers subis à la CAN, une fois en tant que joueur et une fois comme entraîneur. L’histoire ne pouvait pas s’arrêter comme ça.

Des défaites compensées par de belles performances, jusqu’à l’apothéose

Depuis qu’il a pris l’équipe en mains, Aliou Cissé a pourtant réussi à qualifier le Sénégal pour les trois CAN de 2017 (quarts de finale), 2019 (finale) et 2021 (victoire), et la Coupe du monde en 2018. "On était 14e en Afrique et 64e au classement Fifa quand je suis arrivé. Aujourd’hui, on est premiers sur le continent et dans le top 20 mondial", déclarait-il récemment.

Après le dernier tir au but victorieux de Sadio Mané face à l’Egypte, le sélectionneur sénégalais pouvait souffler. Il a apporté au Sénégal un titre attendu depuis 1957, date de la première Coupe d’Afrique des Nations. "Avec la force de travail, la persévérance, le fait de ne jamais se décourager, on arrive à obtenir ce qu’on veut. Nous sommes fiers, très fiers, parce que nous gagnons face à l’Egypte, qui a sept Coupes d’Afrique, ce n’est pas rien. Je suis très ému, car cette Coupe, on la gagne pour tout le peuple sénégalais qui la réclamait depuis plus de 60 ans", conclut Cissé.

Auréolé du titre de meilleur entraîneur du tournoi, Aliou Cissé a réussi son pari. Il apporte un premier titre à son pays en proposant un football efficace mais pas des plus sexy et où la défaite n’a pas sa place. Le tout, avec une équipe qui laisse souvent un goût de trop peu au vu des stars présentes dans l’effectif. Cela ne vous rappelle personne ? Quoiqu’il en est, l’histoire ne retient de toute façon que les gagnants. Et à ce petit jeu-là, c’est le Sénégal qui s’est montré le plus fort.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous