Monde Amérique du Nord

Canada : un mandat d'arrêt émis contre les deux suspects des attaques au couteau dans des communautés autochtones, qui ont fait 10 morts

05 sept. 2022 à 05:28 - mise à jour 05 sept. 2022 à 18:55Temps de lecture2 min
Par AFP, édité par Sandro Faes Parisi

Au moins dix personnes ont été tuées et une quinzaine blessées lors d'attaques à l'arme blanche dimanche dans deux localités isolées du Canada dont une à forte population autochtone, a indiqué la police. 

Un mandat d'arrêt a été émis ce 5 septembre contre les deux hommes suspectés, après une chasse à l'homme de 24 heures dans ce qui constitue l'une des agressions les plus meurtrières qu'ait connu le pays.

Ils ont également été inculpés pour meurtres et tentatives de meurtres, a précisé la Gendarmerie royale du Canada de la province du Saskatchewan, en charge de ces attaques.

Répondant à des appels d'urgence, la police a retrouvé dix corps dans la communauté autochtone de James Smith Cree Nation et dans la ville voisine de Weldon, dans la Saskatchewan (province de l'ouest), a déclaré la commissaire adjointe de la Gendarmerie royale du Canada, Rhonda Blackmore, lors d'une conférence de presse.

"Plusieurs autres victimes ont été blessées, dont 15 ont pour l'instant été transportées dans différents hôpitaux", a-t-elle ajouté.

Suspects identifiés

Les suspects ont été identifiés, deux hommes appelés Damien Sanderson et Myles Sanderson, âgés de 30 et 31 ans, aux cheveux noirs et yeux marrons.

"Les attaques survenues aujourd'hui dans la Saskatchewan sont horribles et bouleversantes. Je pense aux personnes qui ont perdu un être cher et à celles qui ont été blessées", a écrit le Premier ministre Justin Trudeau sur Twitter.

Le Premier ministre de cette province, Scott Moe, a de son côté dit "n'avoir aucun mot pour décrire de manière adéquate la douleur et la perte causés par cette violence insensée".

La police avait reçu un premier appel à 05h40 locales (11h40 GMT) faisant état d'une attaque à l'arme blanche à James Smith Cree Nation, suivi d'autres.

La localité de James Smith Cree Nation, peuplée de 2500 habitants, a décrété l'état d'urgence locale. Les résidents de la Saskatchewan ont en outre été priés de rester chez eux, par sécurité.

"Patients critiques"

Les autorités pensent que "certaines des victimes ont été ciblées par les suspects et que d'autres ont été attaquées au hasard", a-t-elle précisé, soulignant qu'il était trop tôt pour aborder le mobile de ces attaques.

Les suspects ont d'abord été signalés à Regina, la capitale provinciale située à plus de 300 kilomètres au sud. L'alerte et les recherches se sont ensuite étendues aux provinces voisines du Manitoba et de l'Alberta, une vaste région dont la taille équivaut à la moitié de celle de l'Europe.

L'autorité sanitaire de la Saskatchewan a indiqué à l'AFP avoir activé les protocoles d'urgence pour faire face à "un nombre élevé de patients critiques". Trois hélicoptères et un médecin ont été dépêchés sur place depuis Saskatoon et Regina pour transporter les victimes poignardées.

Ces dernières années, le Canada a vécu une succession d'événements d'une violence rare. En avril 2020, un tireur s'est fait passé pour un policier, tuant 16 personnes en Nouvelle-Ecosse. En janvier 2017, six personnes ont été tuées et cinq blessées lors d'attaques dans une mosquée de Québec. Et en 2018, un conducteur d'une camionnette a fauché des piétons à Toronto, faisant 10 morts et 16 blessés.

Tweet du premier ministre, Justin Trudeau (05/09/2022)

Sur le même sujet

Attaque à l'arme blanche au Canada : le suspect des attaques est décédé après son arrestation

Monde Amérique du Nord

Chasse à l'homme au Canada : les habitants d’une communauté autochtone appelés à ne pas sortir

Monde Amérique du Nord

Articles recommandés pour vous