RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Grande Forme

Cancer colorectal : 90% de guérison en cas de détection précoce

Cancer colorectal

Le cancer colorectal fait partie des 3 cancers les plus fréquents en Belgique. Chaque année, il touche 8000 personnes et provoque plus de 2500 décès. C’est le deuxième cancer le plus fréquent chez la femme, et le premier chez l’homme. Heureusement, il existe des tests de dépistage, qui peuvent sauver des vies ! Le point avec le Dr Anne Boucquiau, directrice médicale et porte-parole de la Fondation Contre le Cancer.

Le cancer colorectal peut être très dangereux, s’il est dépisté trop tard. Par contre, s’il est dépisté tôt, le taux de guérison est excellent. C’est donc extrêmement important de faire un test de dépistage à partir de 50 ans. Les autorités mettent un test gratuit et facile à effectuer à la disposition des hommes et des femmes de 50 à 74 ans. Il doit être réalisé tous les deux ans.

En principe, vous recevez une invitation par la poste. Autrement, parlez-en à votre médecin de famille. Il ne faut pas attendre d’avoir des symptômes. Le dépistage existe justement pour dépister le cancer, avant qu’il ne donne des symptômes, explique le Dr Anne Boucquiau, directrice médicale et porte-parole de la Fondation Contre le Cancer.

Le test est simple à faire. Le principe est de rechercher des traces de sang dans les selles, qui sont indétectables à l’œil nu. Il s’agit d’un test immunologique : vous recevez une petite brosse - comme une brosse de ricil - il faut la plonger dans les selles, remettre la brossette dans le tube adéquat et l’envoyer en analyse. Il s’agit d’un test très précis.

Le Dr Boucquiau souligne que ce n’est pas parce que le test est positif qu’il s’agit automatiquement d’un cancer. Il y a d’autres raisons qui peuvent expliquer la présence de sang dans les selles. Mais si le test est positif, il faut absolument retourner chez son médecin. Dans ce cas, on fera une colonoscopie pour aller voir d’où vient le saignement dans le colon, via un tuyau.

Grâce à ce test, on peut détecter un précancer. Certains polypes peuvent dégénérer, devenir des lésions et se transformer en cancer. Le cancer colorectal prend une dizaine d’années à se développer entre le pré-cancer et le cancer. L’important quand on fait ce test est donc de le faire tous les deux ans.

Cancer colorectal : 90% de guérison en cas de détection précoce

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Les symptômes

Comme il s’agit d’un cancer qui se développe dans le ventre (dans l’abdomen), il peut évoluer longtemps avant de donner des symptômes. Donc quand on a des symptômes, il se peut que ce soit trop tard. Les symptômes sont parfois peu spécifiques. Si vous avez certains de ces symptômes, il ne faut pas se tracasser tout de suite, car ils peuvent être significatifs d’autres maladies que le cancer :

  • Douleurs abdominales, de type contraction
  • Des variations dans le transit intestinal : diarrhée qui se prolonge ou une constipation brutale. Ou alors une variation de l’un à l’autre
  • Du sang dans les selles
  • Anémie non expliquée dans la prise de sang
  • Perte de poids non expliquée
  • De la fièvre, de la fatigue non expliquée

Si c’est un état qui perdure, il faut consulter. Le premier facteur de risque est l’âge. À partir de 50 ans, la fréquence augmente beaucoup. Il faut également être attentif à certains antécédents héréditaires. Certaines maladies héréditaires, plus rares, augmentent très fort le risque de cancer colorectal. Consulter son médecin de famille est essentiel.

Comment diminuer le risque ?

  • Avoir une bonne hygiène de vie
  • Limiter la consommation de tabac et d’alcool.
  • Avoir ou maintenir un poids santé.
  • Vérifier le contenu de l’assiette : Trop de viande rouge est mauvaise (tout sauf la volaille). Eviter de dépasser 300 à 500 gr par semaine. Varier son alimentation. Eviter fortement les charcuteries. Manger beaucoup de fibres : les fruits, les légumes, les légumineuses, les céréales complètes. Les produits laitiers sont protecteurs au niveau du cancer colorectal, bien qu’ils soient décriés.
  • Et surtout, bouger. En bougeant, on mobilise notre paroi abdominale, ce qui permet d’avoir un bon transit et évite qu’il y ait des substances toxiques qui touchent la paroi du colon.

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13 heures à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast.

Loading...

Sur le même sujet

Journée mondiale des Doulas : qui sont ces accompagnantes périnatales ?

La Grande Forme

Surmédication : les personnes âgées prennent en moyenne 7 médicaments par jour

La Grande Forme

Articles recommandés pour vous