Santé & Bien-être

Cancer de l'ovaire : en fonction de l'hôpital, les patientes peuvent perdre jusqu'à 2,5 ans d'espérance de vie

30 juin 2022 à 04:00 - mise à jour 30 juin 2022 à 13:34Temps de lecture3 min
Par Estelle De Houck

Faudrait-il choisir un hôpital en fonction de sa maladie ? Dans le cas du cancer de l’ovaire, cela pourrait bien prolonger l’espérance de vie des patientes. En effet, selon le Centre fédéral d’Expertise des Soins de santé (KCE), le taux de survie est nettement plus haut dans les hôpitaux à volume élevé de prises en charge. Un constat qui n’est pas neuf, et qui avait déjà été mis en avant par le passé pour les cancers du poumon, de la tête ou encore du cou.

On le surnomme le "tueur silencieux". En effet, s’il demeure peu fréquent – environ 750 cas invasifs par an en Belgique -, le cancer de l’ovaire présente une mortalité élevée, ses symptômes n’apparaissant souvent qu’à un stade avancé.

"Partout dans le monde, son taux de survie à cinq ans reste malheureusement inférieur à 50%. Et les chiffres belges, comme ceux d’autres pays européens, n’y font pas exception", relate le Centre fédéral d’Expertise des Soins de santé (KCE).

Dans sa démarche d’amélioration continue de la qualité de la prise en charge de patients en oncologie, l’étude du KCE publiée mardi s’intéresse justement au cancer de l’ovaire.

Le Centre fédéral s’est penché sur la prise en charge globale des patientes atteintes du cancer de l’ovaire. Le Centre a identifié 15 indicateurs de qualité à partir d’une liste de 244 indicateurs potentiels. Chacun d’eux a été mesuré au niveau national et par hôpital.

Une grande dispersion des soins

Naviguant entre les indicateurs atteignant les objectifs et ceux se situant nettement en dessous, le KCE dégage une vue d’ensemble de la qualité des soins en Belgique.

Premier constat : la dispersion des soins. En effet, entre 2014 et 2018, les 4000 patientes atteintes d’un cancer invasif de l’ovaire ont été traitées dans 100 hôpitaux différents du pays.

La dispersion se retrouve également dans les chiffres de chirurgie : seuls cinq hôpitaux ont opéré plus de vingt patientes par an.

Plus de patientes, plus haut taux de survie

Le problème, c’est que cette dispersion des soins se reflète dans le taux de survie. En effet, toujours selon le KCE, les chances de survie pour les femmes touchées par un cancer de l’ovaire dépendent fortement du volume de prise en charge de cette maladie par l’hôpital. A noter qu’un seuil de 20 patientes traitées par an, par hôpital et par chirurgien, constitue un seuil minimum. A 50 patientes, l’hôpital atteint un stade intermédiaire. A 100, son volume est "optimal".

Les chances de survie sont en moyenne significativement plus élevées pour les patientes avec un cancer invasif traité dans les hôpitaux à volume de traitement/de chirurgie plus élevé.

"Les chances de survie sont en moyenne significativement plus élevées pour les patientes avec un cancer invasif traité dans les hôpitaux à volume de traitement/de chirurgie plus élevé", relève le KCE. "Même après une prise en compte des caractéristiques des patientes et des tumeurs."

D’après l’étude du Centre fédéral, la survie médiane des patientes prises en charge dans un hôpital traitant au moins dix patientes par an est de 4,2 ans, contre 1,7 dans ceux en traitant moins que trois.

"La différence est donc supérieure de 2,5 ans en faveur des hôpitaux à volume élevé."

Vers des centres de référence ?

Sur base de cette étude, le KCE plaide en faveur d’une concentration de la prise en charge du cancer de l’ovaire, comme c’est déjà le cas dans plusieurs pays.

"La grande dispersion des soins et de l’expertise dans les hôpitaux belges et les associations volume-outcome observées soutiennent la recommandation de concentrer la prise en charge des patientes atteintes du cancer de l’ovaire dans des centres de référence."

Attention toutefois, le volume de prises en charge n’est pas le seul critère à prendre en compte pour désigner des centres de référence. En effet, un suivi optimal nécessite une équipe multidisciplinaire spécialisée et expérimentée, ainsi que des installations et des équipements adéquats, etc.

Sur le même sujet

Tabac et alcool en tête des causes de cancer dans le monde

Santé & Bien-être

Le cancer du poumon est le plus courant et le plus mortel dans le monde

Santé & Bien-être

Articles recommandés pour vous