Regions Liège

Cancer du côlon: journée de sensibilisation au dépistage dans les hôpitaux liégeois

Cancer du côlon: journée de sensibilisation au dépistage dans les hôpitaux liégeois

Avec la crise sanitaire, le dépistage de certaines maladies a baissé. Cela concerne par exemple le cancer du côlon. Pourtant, dépister au plus tôt permet souvent d'éviter le scénario du pire. A Liège, les hôpitaux mènent une campagne de sensibilisation.

L'an dernier, Claudy Simsdom, 65 ans, a participé à un dépistage du cancer du côlon. Le résultat était positif. "Quand j'ai eu l'occasion d'aller voir le médecin qui m'a fait une colonoscopie, il s'est révélé que j'avais des polypes, dont un était litigieux. Suite aux analyses, ce polype s'est révélé cancéreux. J'avais donc un cancer".

Le Dr Houbiers et son patient, Claudy Simsdom.
Le Dr Houbiers et son patient, Claudy Simsdom. RTBF - Marc Mélon

8000 nouveaux cas par an

"Le cancer du côlon touche autant l'homme que la femme" explique le Docteur Ghislain Houbiers, oncologue digestif à la clinique du MontLégia. "Le problème peut commencer aux alentours de 45-50 ans, et en Belgique, il y a à peu près 8 à 9000 nouveaux cas par an."

Attention, le tueur est silencieux, et des symptômes peuvent apparaitre: "Les douleurs surviennent souvent très tardivement, lorsque le cancer est très évolué, donc il faut être attentif aux symptômes qui surviennent plus tôt: ça peut être des douleurs légères, ça peut être surtout du sang dans les selles ou des troubles du transit, simplement le transit qui se modifie, ça doit vraiment être une motivation pour aller voir un gastro-entérologue" poursuit l'oncologue.

Un dépistage gratuit

Avec tous les hôpitaux de la région, la fédération liégeoise de cancérologie digestive propose un dépistage gratuit aux personnes qui ont entre 50 et 74 ans. "Les personnes vont recevoir ce petit embout, ils vont devoir faire un prélèvement au niveau des selles et renvoyer le tout dans une enveloppe appropriée" précise Nathalie Moeneclaey, infirmière coordinatrice du MontLégia. "Une analyse sera effectuée pour voir s'il y a du sang ou pas au niveau des selles. S'il y en a, ils vont recevoir un appel de leur médecin qui va les inviter à faire un examen complémentaire."

Plus vite le problème est pris en charge, mieux c'est pour le patient. Le dépistage offre aux patients toutes les chances de s'en sortir. "C'est un travail d'équipe important entre le gastro-entérologue et le chirurgien" ajoute le Docteur Benoit Monami, chirurgien abdominal à la clinique du MontLégia. "Le dépistage permet de suspecter la présence d'un polype qui est ôté éventuellement en colonoscopie par le gastro-entérologue. Si le gastro-entérologue ne peut pas ôter ce polype, le chirurgien entre en jeu pour enlever la partie du côlon qui contient le polype, et l'envoie en analyse."

Dans le hall de l'hôpital, un côlon géant montre l'évolution de la maladie. Une fois sorti, le visiteur s'inscrit sans hésitation au dépistage.

Sur le même sujet

Ryan Reynolds : on lui découvre une tumeur lors d’une coloscopie filmée

Vivacité

Cancer de l’utérus : l’UZ Leuven présente un nouveau traitement prometteur

Santé & Bien-être

Articles recommandés pour vous