Sur un air de cinéma

Carmen : variations cinématographiques sur des airs de Bizet

Antonio Gades et Cristina Hoyos dans Carmen de Carlos Saura

© Sergio Gaudenti / Sygma via Getty Images

24 janv. 2022 à 06:50Temps de lecture2 min
Par Pascale Vanlerberghe

Cela devait être l’événement lyrique de ce début d’année, les représentations l’opéra Carmen de Bizet, qui devaient commencer à La Monnaie ce dimanche 23 janvier ont dû être annulées. Malgré cette annulation, Pascale Vanlerberghe a décidé de mettre en avant l’un des personnages féminins les plus étonnants de la littérature, Carmen, à travers ses nombreuses adaptations cinématographiques. Une émission à écouter ce samedi 22 janvier à 16h.

Le personnage de Carmen, protagoniste de la nouvelle de Prosper Mérimée écrite en 1845, dont s’inspirera trente ans plus tard Georges Bizet, ne laisse personne indifférent. Il faut dire que pour l’époque, le sujet est plus que sulfureux : un brigadier tombant follement amoureux d’une cigarière, Carmen, qui est présentée dans la nouvelle comme une femme sensuelle qui use de ses charmes pour arriver à ses fins, la jalousie de cet amant qui le pousse à assassiner Carmen… Si la nouvelle se centre sur le personnage masculin, celui de Don José, Bizet choisit de centrer l’intrigue de son opéra sur le personnage féminin de l’histoire, Carmen. L’opéra de Bizet est créé le 3 mars 1875 à l’Opéra-Comique et ne rencontrera pas le succès escompté. Carmen sera même huée lors de la première représentation. Par contre, elle sera fortement applaudie à la Monnaie à Bruxelles.

Un succès auquel Georges Bizet n’assistera pas puisqu’il meurt en 1875.

Depuis, Carmen est sans conteste, l’opéra le plus joué dans le monde et a inspiré plus d’un cinéaste au cours du XXe siècle : de Lubitsch, à Chaplin en passant par Francesco Rosi ou Otto Preminger et même Jean-Luc Godard qui s’en inspirera dans "Prénom Carmen" avec la musique de… Beethoven.

Pascale Vanlerberghe a donc décidé de consacrer cette émission à ce fabuleux personnage qui a pour prénom "Carmen", tantôt aimé, tantôt détesté, mais qui ne laisse jamais indifférent.

Le réalisateur américain Otto Preminger en a fait un film musical avec Dorothy Dandridge et Harry Belafonte (Carmen Jones- 1954), Charlie Chaplin en fera une parodie (Burlesque on Carmen-1915) un peu pour se moquer de la version de Cecil B. de Mille (1915 également).

Le cinéaste espagnol, Carlos Saura en fera un ballet pour le cinéma, "Carmen", version flamenco (musique de Paco de Lucia) (1983) et la même année, le réalisateur italien, Francesco Rosi montera carrément l’opéra de Bizet en film avec Ruggero Raimondi, Placido Domingo et Julia Migenes-Johnson. Pour la première fois, dans cet opéra filmé, Rosi utilise des dialogues parlés entre les parties chantées. Un film inondé de nominations.

Il y aura même un téléfilm étonnant pour ceux qui aiment le rap, en 2001, "Carmen : A Hip Hopera", film produit pour la chaîne de télévision musicale MTV et réalisé par Robert Townsend avec la chanteuse Beyoncé qui y fait ses débuts d’actrice.

Comme quoi, la charge passionnelle avec Carmen est immédiate, et chaque note et chaque image sont au service du drame qui va se jouer sous nos yeux.

Sur un air de cinéma

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous