Diables Rouges

Carrasco : "les Gallois ont été un peu plus costauds que nous dans l’impact"

© Tous droits réservés

12 juin 2022 à 07:22Temps de lecture1 min
Par Martin Weynants avec Pierre Deprez

C’est la déception qui primait dans les déclarations d’Axel Witsel et Yannick Carrasco après le partage concédé en fin de rencontre au pays de Galles (1-1). Dépassés par l’impact physique et l’enthousiasme des dragons gallois, les Diables ont perdu le contrôle dans le dernier quart d’heure.

"C’est une déception parce qu’on prend un but à la fin. Je pense que dans l’ensemble ça a été un bon match, c’est dommage qu’on s’est un peu relâché sur les 15 dernières minutes. Ils ont eu quelques opportunités, pas vraiment dangereuses… à part le but. C’est dommage d’avoir moins gardé le ballon, de les avoir moins fait courir", analyse Witsel.

Brillants contre la Pologne à Bruxelles, les Diables ont été mois souverains au pays de Galles. La ferveur du Cardiff City Stadium et le fighting spirit de Bale and co y sont pour quelque chose.

"C’était un adversaire du même niveau, du même calibre que la Pologne. Après on sait très bien qu’ici (à Cardiff) avec l’atmosphère et l’ambiance, ce n’est jamais simple. Mais on avait vraiment l’envie de prendre les trois points", ajoute Witsel.

"Face à la Pologne, on a été plus concret", embraye Carrasco. "Ce soir c’était un peu plus compliqué de concrétiser les occasions. Après c’était un match compliqué à l’extérieur avec un bon public face à une équipe assez costaude, qui défend bien et qui est agressive. On savait que ça allait être un match comme ça, avec beaucoup d’impact. Ils ont été un peu plus costauds que nous dans l’impact. "

Les regrets sont d’autant plus grands que les Pays-Bas, leaders du groupe, ont également été accrochés. "Sachant que les Pays-Bas ont partagé, cela aurait été un bon résultat de gagner. Mais bon, on a quand même travaillé dur. On ne doit pas retenir que le mauvais. On doit continuer à travailler pour s’améliorer", insiste le joueur de l’Atletico.

"Il n’y a encore rien de joué", positive Witsel. "On a encore les cartes en main. On peut encore le faire (se qualifier). A nous de directement nous remettre dedans contre la Pologne. Et si on gagne, le match de septembre contre les Pays-Bas sera décisif".

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous