Diables Rouges

Carrasco : "Mon souhait, c'est rester à l'Atletico et mon entourage s'occupe de ça"

Carrasco : "Mon souhait, c'est rester à l'Atletico et mon entourage s'occupe de ça"

Aujourd’hui, c’est Yannick Ferreira Carrasco qui s’est présenté à la conférence de presse quelques jours avant d’affronter le Danemark en Ligue des Nations. De quoi aborder son niveau, mais aussi son futur en club.

"J’ai profité de mes vacances, mais on a encore une préparation pour bien se préparer pour la saison. J’ai eu 20 jours de congé et ça m’a fait du bien. Aux gens de juger si je suis bien. Mais je pense que ma dernière partie de saison était pas mal. Le confinement m’a fait du bien, car avant j’étais un peu en surpoids. J’ai eu un programme chargé et ça m’a fait du bien à la reprise. Les qualités ne se perdent pas, c’est juste le rythme."

Un rythme et un niveau que Carrasco a pu retrouver à l’Atletico, un club où le Diable Rouge souhaite rester : "Dans la vie, on ne sait jamais et on verra ce que mon futur dira, si c’est rentrer en Chine ou revenir en Europe. Mais mon souhait, c’est rester à l’Atletico et mon entourage s’occupe de ça. Je suis à la maison là-bas et tout le monde m’apprécie. J’ai toujours compris Simeone, mais j’ai dû faire un choix dans ma carrière et aujourd’hui j’ai mûri et je le comprends toujours aussi bien."

Si Carrasco reste du côté de l’Espagne, son niveau acquis en fin de saison devrait rester élevé. De quoi sans doute retrouver plus de minutes de jeu avec Roberto Martinez : "C’est au coach à faire son équipe et c’est le meilleur qui jouera. Je pense que tout le monde préfère jouer proche du but, mais c’est un poste qui ne me dérange pas. Je fais beaucoup de travail défensif à l’Atletico aussi. Mais en tant que joueur j’ai beaucoup mûri grâce à la Chine. Etre le leader et avoir le poids sur les épaules et faire la différence, c’est quelque chose que j’ai appris. Ça s’est bien passé en Chine, je suis quelqu’un qui aime les challenges."

La Belgique affronte le Danemark samedi et l’Islande mardi. Il s’agira des premières rencontres pour Roberto Martinez et ses troupes en dix mois, en raison de la crise sanitaire. La dernière campagne internationale remonte au mois de novembre de l’an dernier avec des matches de qualification pour l’Euro.

Articles recommandés pour vous