Diables Rouges

Castagne dans le trio défensif, une solution durable ou au compte-gouttes pour Martinez ?

Timothy Castagne

© © Tous droits réservés

14 nov. 2021 à 16:30Temps de lecture2 min
Par Giovanni Zidda

La présence de Timothy Castagne dans le trois arrière samedi soir contre l’Estonie était la principale nouveauté du traditionnel 3-4-2-1 de Roberto Martinez. Employé 19 fois par notre sélectionneur en équipe nationale, Castagne n’avait jamais encore joué à ce poste en sélection. Il avait jusqu’à présent arpenté le flanc droit et dépanné quelques fois (3) sur l’aile gauche.

Polyvalent, le joueur de Leicester City avait déjà joué – régulièrement – dans le trois arrière du club anglais en fin de saison dernière. Une expérience que Martinez a donc voulu rééditer avec les Diables rouges en l’absence de Toby Alderweireld.

Un choix qu’il ne regrettait pas après le match. "Timothy s’est très bien adapté dans une position différente. C’était un très bon exercice pour lui avec l’Estonie qui pressait très haut. Il a défendu avec l’énergie qu’on lui connaît. Je pense que c’était une très bonne prestation dans une position différente."

Castagne à l’aise dans ce rôle : "C’était logique"

Castagne s’est lui aussi senti à l’aise dans ce contexte. "Il y a évidemment encore des choses que je dois retravailler parce que je ne joue pas souvent là. Leur force c’était de partir en profondeur et on a bien bloqué ça donc je pense que je peux être satisfait", commentait-il au micro de Pierre Deprez après sa prestation.

"Cela ne s’est pas négocié avec le coach. On est arrivé à l’entraînement et j’ai vu que je jouais plus en tant que défenseur central. Ils savent que je l’ai déjà fait en club la saison dernière. C’était une alternative envisageable. Comme je comprends assez vite ce qu’il me demande, c’était logique."

"Les besoins changent de match en match…"

Timothy Castagne et Roberto Martinez
Timothy Castagne et Roberto Martinez Belga

Reverra-t-on donc Castagne régulièrement à cette place-là ? La question mérite d’être posée. Fiable, l’ancien joueur de Genk et de l’Atalanta représente sans aucun doute une solution supplémentaire pour Martinez.

Ce dernier a déjà laissé entendre que son emploi dans le trio défensif dépendra des circonstances. "Les besoins changent de match en match… L’important, c’est que les joueurs qui sont alignés prestent au maximum et comprennent ce qui leur est demandé."

Autrement dit : cela dépendra du type d’adversaire et de la stratégie ad hoc adoptée par Martinez le jour-J.

Timothy Castagne est en tout cas conscient de ses qualités. "Je suis assez rapide donc dans une ligne de trois ça permet d’être agressif sur l’homme. Je lis pas mal le jeu donc même si je serai moins fort de la tête qu’un vrai défenseur, je peux pallier cela par un bon placement.”

Castagne prend du galon

Timothy Castagne met la pression à Kylian Mbappé
Timothy Castagne met la pression à Kylian Mbappé AFP or licensors

Revenu amoché et démoralisé de sa brève expérience à l’Euro, Castagne a enregistré une nouvelle marque de confiance de la part de son sélectionneur. Le Diable rouge a d’ailleurs disputé intégralement les 5 derniers matches de la Belgique. Cette nouvelle possibilité de le voir sur la pelouse en même temps que Thomas Meunier et Yannick Carrasco ne fait que renforcer ses chances de titularisation.

Mais attention, prévient Philippe Albert, la polyvalence de Castagne peut être une arme à double tranchant.

"La connexion entre lui et Thomas Meunier se fait bien", constant notre consultant au terme de Belgique-Estonie. "Quand on a 77% de balle, défensivement vous êtes tranquille. Il n’y a qu’une erreur aujourd’hui, c’est Jason Denayer qui est fautif sur le but de l’Estonie. Mais la polyvalence de Timothy fait du bien. Il peut jouer sur les deux flancs et désormais dans la défense centrale avec la même aisance. Par contre, il ne faudrait pas que sa polyvalence se retourne contre lui. Trop de polyvalence, ce n’est pas bon pour les automatismes."

Articles recommandés pour vous