"Ce n’est pas le blocus le plus évident" : les étudiants en examen partagés entre déconfinement, retour du soleil et grands rendez-vous sportifs

Étudiants, blocus et soleil

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

A Louvain-la-Neuve, les étudiants se détendent en terrasse. En pleine session d’examens depuis début juin, ils tentent tout de même de profiter du beau temps.

C’est le cas d’Adrien, qui boit un café avec ses amis. Il sort tout juste de son examen de droit : "Cela fait quand même du bien de revoir quelques personnes, de pouvoir souffler un peu entre certains examens et de profiter autour d’une bonne boisson en terrasse. On s’accorde une pause que je considère bien méritée et après évidemment on se remet à étudier".

Pour son voisin de table, Kelian, il s’agit d’un équilibre à trouver :"Au vu de la période, du soleil qui revient, c’est un peu compliqué. Cela fait longtemps qu’on est isolé chez nous, on a besoin de ressortir mais il faut essayer de se mettre au travail. Ce n’est pas le blocus le plus évident".

Après un an de cours à distance, les examens se donnent en grande partie en présentiel. 20% du nombre total d’étudiants peuvent être présents en même temps sur le campus.

Joindre l’utile à l’agréable

Marion et Léa, étudiantes en psychologie, ont trouvé un moyen de tout concilier : elles révisent en plein air. Assises sur un banc dans le parc, elles revoient leur cours ensemble. "Il faut rester efficace et ne pas se laisser distraire par le bruit environnant. C’est tout un art", explique Léa.

Avec les températures élevées, ce n’est pas toujours facile de se concentrer. "Aux heures les plus chaudes, on essaie de faire des matières un peu plus intuitives et le matin ou l’après-midi quand cela se calme, on reprend le travail à un rythme plus soutenu. Il faut juste s’adapter au soleil et faire des pauses au bon moment".

Des compétitions sportives addictives

La météo n’est pas la seule à distraire les étudiants. Roland-Garros se termine, l’Euro de football arrive… Il est tentant d’allumer la télévision.

Au CSE Animations, on a décidé d’installer un écran pour regarder les matchs entre colocataires. Selon Félix, cela fait du bien d’être entre amis. "On a envie de passer des moments ensemble le soir. On est vite triste en blocus. Hier, on avait mis la télévision devant le kot et c’était très sympa". Pour les étudiants de ce kot-à-projet, le sport est important. Ce sont eux qui s’occupent de l’organisation d’événements sportifs comme les 24 Heures Vélo.

C’est addictif

Pour autant, l’heure est aux examens et ce n’est pas évident de retourner travailler en plein match de tennis. "C’est addictif. On se pose devant la télé, on veut regarder un jeu et au final, on regarde tout un set. C’est pareil avec le foot. On se dit, on fait une petite pause, on va regarder un peu et pour finir on regarde toute une mi-temps. C’est assez difficile".

Pour Baptiste, il faut établir un programme. "On travaille un maximum le matin et l’après-midi, on peut se laisser aller un peu, prendre une pause et boire un verre ou regarder un match. Je trouve que c’est quand même important de prendre des pauses et j’en fais souvent devant le tennis".

Lucie a plus de pression. Elle révise pendant que ses cokoteurs sont devant l’écran : "J’essaye d’étudier sur le côté. Après, c’est toujours bien d’avoir le son. Comme cela, j’arrive à suivre de mon côté et à entendre l’évolution du match mais sans regarder et en restant toujours concentrée sur mon étude".

Il ne reste plus que quelques semaines avant de retrouver la liberté.

Sur le même sujet

Blocus encadré pour les étudiantes et étudiants du supérieur à partir de ce lundi à l’UMons

Regions Hainaut

Taux d’échec impressionnant en Psychologie à l’UCLouvain, seuls cinq étudiants de première année ont réussi

Articles recommandés pour vous