Euro féminin

Cécile De Gernier après Belgique-Islande : "Intéressant de voir les Red Flames beaucoup plus déçues que leurs adversaires"

Euro 2022 Belgique-Islande : le débrief avec Cécile De Gernier

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Les Red Flames ont donc entamé le deuxième Euro de leur histoire par... le premier partage de leur histoire dans une phase finale, 1-1 contre l'Islande. Notre consultante Cécile De Gernier livre son débriefing en cinq points au micro de Lise Burion :

  • Le sentiment global : "On s'en sort plutôt bien"

"On savait qu'il était nécessaire de gagner, mais c'était aussi surtout essentiel de ne pas perdre, pour le moral. Au final, au vu du match, on s'en sort plutôt bien avec un point."

  • Le gros point positif : avoir pu revenir au score.

"C'était intéressant de voir de belles actions après le but d'ouverture des Islandaises. Les Flames sont revenues en essayant de construire, sans avoir peur de l'adversaire. On sent juste qu'il manque encore un peu la rage de vaincre, l'envie de gagner par tous les moyens, mais il y a un côté tout de même qui dit clairement "je n'ai plus envie de perdre". Et ça c'est quand même intéressant je trouve dans l'évolution des Flames."

  • Le côté négatif : la fébrilité.

"On l'a déjà dit, depuis quelques temps même : dès qu'il y a une action près de notre grand rectangle, il y a danger. Et on l'a vu sur ce match, avec souvent beaucoup de monde dans le rectangle, beaucoup de densité, la défense a du mal à se dégager et c'est comme ça que le but arrive. Ça, c'est compliqué. Et physiquement, j'ai trouvé les Flames un peu en-dessous de l'Islande. Mais  elles n'ont pris qu'un but, même s'il ne faut as oublier non plus que Nicky Evrard arrête un penalty."

  • Pour la suite : analyser le "manque de jambes"

"C'était assez intéressant de voir les Red Flames beaucoup plus déçues que les Islandaises à la fin du match. On sent qu'il y a réellement l'envie de faire encore quelque chose de bien. Revenir au score était important pour le moral on l'a dit, mais il va surtout falloir récupérer et comprendre pourquoi les jambes étaient moins présentes. C'est quand même un problème. Quand on attend une compétition depuis longtemps (quelque part, c'est peut-être pour ça que les jambes ne sont pas tout à fait là...), on doit prester, tout de suite. C'est maintenant que ça se passe, pas dans trois semaines. Il va falloir se concentrer sur le pourquoi de ce phénomène, cette difficulté à se mettre en mouvement."

  • Et maintenant : la France

"La motivation peut venir toute seule, mais j'espère qu'il n'y aura pas trop de peur. Parce que la France est une très grosse nation, troisième mondiale... J'espère qu'il y aura l'envie de se challenger plutôt que la peur de se prendre des buts."

Sur le même sujet

Wendie Renard sur Janice Cayman : "ça reste une très bonne amie mais on va chacune tout donner pour notre pays"

Euro féminin

Récupération et visite des familles au lendemain du premier match pour les Flames

Red Flames

Articles recommandés pour vous