Sur un air de cinéma

Centenaire de Judy Garland, le destin impitoyable de celle qui nous emmenait au-delà de l’arc-en-ciel

Judy Garland

© Bettmann Archive – Bettmann via Getty Images

Judy Garland a eu 100 ans le 10 juin passé. Il nous reste une "icône", la Dorothée du "Magicien d’Oz" qui nous fait toujours rêver. Une voix à nulle autre pareille qui a mené son début de carrière sous les "diktats" des studios Mayer et des boss sans pitié. Menant une vie difficile et tumultueuse, Judy Garland n’est pas que la caricature alcoolisée et toxicomane qu’on en fait souvent. Evocation de la vie et l’œuvre de Judy Garland dans Sur un air de cinéma.

Dès sa tendre enfance, Judy Garland est une travailleuse acharnée. Avec ses sœurs, elle forme les "Gumm Sisters", un trio créé par ses parents. Sa mère, qui avait toujours rêvé d’être célèbre, vit par procuration à travers Judy, la cadette et la vedette du groupe et lui mène la vie dure.

Après l’avoir entendue chanter, les studios MGM mettent Judy sous contrat sans aucune audition, du jamais vu à l’époque. 

Et après des efforts surhumains (amphétamines pour maigrir et somnifères) sous la gouverne implacable des studios, elle devient, à 17 ans, la célèbre Dorothy Gale dans "Le magicien d’Oz", réalisé en 1939 par Viktor Fleming. Le film lui vaut un "Oscar juvénile", une catégorie honorifique réservée aux mineurs. Et pour l’anecdote, sachez que la chanson qui lui sera à jamais associée, "Somewhere Over the Rainbow", a failli être coupée au montage, la MGM la trouvant trop déprimante.

Au terme d’une série de comédies musicales dans lesquelles elle partage la vedette avec Mickey Rooney, devenu son grand ami, Judy présente déjà des signes d’épuisement. Elle a 21 ans et désire jouer des rôles plus mûrs, mais la MGM et sa propre mère la tiennent en laisse. On l’incite à consommer des médicaments nuit et jour, ainsi qu’à suivre un régime très strict. Sans considération pour sa personne, Judy doit absolument faire rêver.

Judy Garland, une femme objet ? Disons que le fait qu’elle soit une femme à l’époque ne lui a pas facilité la tâche que ce soit avec les studios ou ses différents maris.

Ce qui l’entraînera dans une spirale de vie infernale avec plusieurs mariages et trois enfants, dont la célèbre Liza Minelli (née en 1946). Enfants qu’elle mettra un point d’honneur à aimer et éduquer comme elle le peut !

Pourtant, souvent, elle renaîtra de ses cendres avec entre autres, une tournée londonienne au début des années 60, avec son concert mythique à Carnegie Hall, qui lui vaudra un retour en télévision avec une série d’émissions produites par la chaîne CBS.

En le 22 juin 1969, à Londres, Judy Garland succombe à une surdose de barbituriques aggravée par 40 ans d’abus. Ce décès est cependant, toujours auréolé d’un certain mystère.

Sur le même sujet

Il y a 100 ans naissait Judy Garland

L'actu du Jazz

En écoute: Sam Smith et Renée Zellweger reprennent Judy Garland

Tipik

Articles recommandés pour vous