Monde

"Certains prix ont doublé": l’inflation, l’enjeu majeur pour les Américains avant les Midterms

C’est dans les supermarchés que l’inflation se fait le plus sentir pour les Américains.

© RTBF

Les Midterms se déroulent cette année dans un contexte particulier. Avec une inflation qui frôle les 9% dans le pays, la hausse des prix et du coût de la vie est LE sujet central de cette campagne. Sarasota n’échappe pas à la règle. Cette ville de 53.000 habitants est située en Floride, un Etat pivot qui pourrait bien décider du sort de ces élections de mi-mandat.

Pour constater les ravages de l’inflation, rien de tel qu’une petite balade dans un supermarché. Car c’est entre deux rayons que l’on peut le plus facilement constater la flambée des prix, au niveau de l’alimentaire : "Certains prix ont même doublé, le beurre, la crème fraîche, les œufs… Je les achetais 1,25 – 1,50 dollar la douzaine, et maintenant, 4,5 – 5 dollars la douzaine !", déplore Guerry Tough, client du magasin.

Il faut dire que selon la BBC, les prix alimentaires ont augmenté de 13,5% en une année, selon le dernier relevé de septembre 2022. Une hausse qui se répercute également dans la restauration. Un secteur "où il n’est pas possible de répercuter 100% des augmentations directement sur le client", comme l’explique Judith Stanley, propriétaire du restaurant Pascones. "Donc avec mon chef, nous évaluons les prix et parfois nous enlevons des plats du menu, parce qu’il n’est pas question de répercuter ça sur les consommateurs."

J’achetais une douzaine d’œufs à 1,25 ou 1,50$… Maintenant, c’est 4,5 voire même 5$ la douzaine !

Conséquence : le nombre de familles américaines devant se rendre dans des centres de distribution alimentaire a doublé en quatre mois à Sarasota. Certains expliquent tout simplement ne pas avoir d’autre choix : "Moi et ma femme, nous venons d’avoir un appartement et c’est difficile avec l’inflation", explique Spencer, père de dix enfants. "Les prix de la nourriture, du gaz… J’avais une voiture, une Mopar, mais maintenant je suis à vélo, à cause de l’essence."

Pour Judith Stanley, propriétaire du restaurant Pascones à Sarasota, il n’est pas possible de répercuter l’entièreté des augmentations directement sur le client.
Pour Judith Stanley, propriétaire du restaurant Pascones à Sarasota, il n’est pas possible de répercuter l’entièreté des augmentations directement sur le client. © RTBF

Les prix de l’immobilier s’envolent

En Floride, l’un des Etats les plus peuplés des Etats-Unis, les prix de l’immobilier ont grimpé de près de 30% depuis la crise du Covid. Et ce constat se vérifie à Sarasota, où la demande se fait de plus en plus pressante, alors que l’offre ne cesse de se réduire.

Pour Lauren Roush, qui arrive tout droit du Michigan, la situation actuelle fait qu’il est tout simplement impossible pour elle de s’offrir un logement : "Je vis avec ma mère et mon frère. Je suis avec eux et je ne vis pas seule, parce que c’est très cher ici ! Une chambre, un studio, ici ça vaut 1400 – 1500 dollars par mois. Et donc je dois faire deux jobs pour être capable de m’offrir ça."

Lauren Roush vit avec sa mère et son frère, faute de mieux.
Lauren Roush vit avec sa mère et son frère, faute de mieux. © RTBF

Une pénurie de main-d’œuvre ?

Un constat loin d’être isolé selon Debby Trice, candidate à la Commission de la ville de Sarasota : "Le plus grand problème auquel fait face Sarasota et d’autres villes aux Etats-Unis, c’est qu’il n’y a pas assez d’habitations pour les familles à moyen et faible revenu. Et ça va de pire en pire parce que nous n’avons pas assez de maisons pour les personnes qui travaillent".

Résultat : Sarasota pourrait voir des profils qualifiés, comme des travailleurs de la santé, quitter la ville faute de logements disponibles : "Ils doivent partir ou décliner un travail parce qu’ils n’ont pas de lieu où vivre. Les conducteurs de bus pour l’école ne peuvent pas vivre ici… Donc en conséquence, les services ici sont réduits", conclut-elle.

Pour Debby Trice, Sarasota s’expose à une fuite de personnels qualifiés, faute de logements disponibles.
Pour Debby Trice, Sarasota s’expose à une fuite de personnels qualifiés, faute de logements disponibles. © RTBF

Le plan de Joe Biden pour alléger le tarif à la pompe

Pour enrayer la hausse des prix du carburant, le président américain Joe Biden a annoncé le 18 octobre dernier, libérer au mois de décembre 15 millions de barils de pétrole, issus des réserves stratégiques de l’Etat pour alimenter les stations essences.

Avec au total un peu plus de 2,3 milliards de litres, cette mesure doit permettre d’accroître l’offre et ainsi éviter de nouvelles flambées des prix.

On n’a jamais autant dépensé. Ça doit s’arrêter

Mais pour beaucoup de Républicains, la situation actuelle est surtout une conséquence de la politique démocrate de l’administration Biden : "C’est notre président qui a fait ça. Il a foutu en l’air la politique de Trump. La meilleure qui soit", s’insurge Ken Harlow, client du restaurant Leone’s, à Cape Coral. "Regardez ce qui se passe maintenant ! Tout est hors de prix […] On n’a jamais autant dépensé. Ce n’est pas juste pour les Américains. Nous avons dépensé énormément d’argent en Ukraine, donc, comment on va le récupérer ? C’est comme ça qu’on le paye, avec les prix à la hausse… C’est dingue ! Ça doit s’arrêter."

Pour Ken Harlow, l’inflation actuelle est le résultat de la politique du gouvernement Biden.
Pour Ken Harlow, l’inflation actuelle est le résultat de la politique du gouvernement Biden. © RTBF

Selon une enquête d’opinion de Morning Consult, publiée par Politico, les questions économiques représentent l’enjeu majeur du scrutin des ces élections de mi-mandat. L’inflation que connaît actuellement le pays est d’ailleurs la source d’inquiétude principale de plus de 7 sondés sur 10.

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous