RTBFPasser au contenu
Rechercher

Jam

Ces bandes-son qui sentent l’été

L’Été de Kikujiro
29 juil. 2022 à 07:09Temps de lecture3 min
Par Diane Theunissen

Quand l’énergie des festivals s’étiole et que la journée caniculaire touche à sa fin, l’idée de s’installer confortablement devant l’un de ses films préférés peut en séduire plus d’un.

Et comme regarder un film est toujours plus agréable quand la musique est bonne, Jam te dresse la liste de quelques pépites au goût fruité, dont les bandes-son t’enverront directement à la plage, au bord d’un lac ensoleillé, dans un motel à 40 degrés ou dans les rues ombragées d’un village en plein été.

Call Me By Your Name

Quand on rêve à l’été, au soleil et aux vacances, il est quasiment impossible de passer à côté du célèbre “Call You Me By Your Name” de Luca Guadagnino. Dans cette adaptation du roman d’André Aciman, la musique tient une place particulière, et ce n’est pas pour nous en déplaire : tandis qu’Elio (interprété par Timothée Chalamet) s’amuse à jouer la "Sonatine Bureaucratique" de Frank Glazer sur le piano de la maison familiale nichée dans la campagne du nord de l’Italie, les ados du coin dansent en cognant leurs verres de rhum coca sur l’acidulé “Love My Way” de The Psychedelic Furs. Pour le reste – en plus de quelques références Italo Disco incontournables – on navigue entre des pièces classiques signées Ryuichi Sakamoto, John Adams ou encore André Laplante et des chansons guitare-voix composées par Sufjan Stevens spécialement pour l’occasion. Un délice.

Loading...

The Beach

Dans le registre plages de sable fin, lunettes de soleil vissées sur le nez, chemises tie dye et bob à fleurs, le film britannico-américain “The Beach” ne déroge pas à la règle. Sorti dans les salles obscures en 2000, ce thriller psychologique de haut vol met en scène un jeune Leonardo DiCaprio en voyage en Thaïlande, qui tente de magnifier son expérience en rejoignant une île secrète où vit une communauté en totale autarcie. Fruit de son époque, le film traduit les ambiances de fête, de beauté et d’excès grâce à une bande-son vacillant entre pop nineties et électro, comprenant notamment le magnifique “Porcelain” de Moby.

Loading...

L’Été de Kikujiro

En 1999, le huitième film du réalisateur et acteur japonais Takeshi Kitano “L’Été de Kikujiro” venait s’ajouter à la grande collection des chefs-d’œuvre nippons. Et autant se le dire, cette merveille a toute sa place parmi les pépites du cinéma estival ! À la fois décalé et authentique, le scénario de ce film aux allures de road-trip met l’accent sur l’amitié, la transmission et la famille par le biais de la relation inattendue entre Masao – un enfant à la recherche de sa mère – et Kikujiro, un ancien yakuza ayant un pendant pour les jeux d’argent. Tandis qu’une complicité se crée entre les deux protagonistes, la musique entêtante de Joe Hisaishi (Le voyage de Chihiro, Le Château Ambulant) renforce le tourbillon de sentiments qui nous fait vivre l’aventure. Une chose est sûre, le thème “Summer” porte parfaitement son nom !

Loading...

Vicky Cristina Barcelona

Barcelone en été, deux touristes américaines aux antipodes l’une de l’autre, un homme espagnol envoûtant, du vin, des photos argentiques et beaucoup de flamenco : dans “Vicky Cristina Barcelona”, les tableaux se multiplient et créent un univers torride et solaire, presque sacré. Tout le long du film, les guitares rythmées de Paco de Lucía se mêlent à la voix envoûtante de la chanteuse du groupe Giulia y Los Tellarini, dont la chanson “Barcelona” retenti dès le générique d’intro. Tandis que les morceaux de flamenco se multiplient – on pense notamment au somptueux “Gorrión” de Juan Serrano –, le tempo de chaque chanson diminue ou accélère en fonction des tensions humaines entre chaque personnage, renforçant le propos du film tout en accompagnant les dires de chacun.

Loading...

La Grande Bellezza

Il est difficile de ne pas mentionner l’œuvre de Paolo Sorrentino lorsque l’on se remémore les films aux couleurs orangées de l’été. En effet, le réalisateur de “È stata la mano di Dio” dévoilait en 2014 “La Grande Bellezza”, un film à la fois magique, contemplatif et décadent, qui met en scène un sexagénaire mondain en quête spirituelle de beauté. Mêlée aux plans esthétiques et triomphants, la musique du film offre à l’audience un spectacle inouï au cœur de la cité éternelle, et passe par tous les genres possibles et imaginables : entre un plan d’ouverture calé sur un mix de Bob Sinclair et un orchestre de Mariachi, on a l’embarras du choix.

Loading...

Sur le même sujet

Sessa ou rien

Jam

Articles recommandés pour vous