RTBFPasser au contenu
Rechercher

Chroniques Culture

Ces Belges à (re) découvrir : Dirk Frimout

Dirk Frimout dans un modèle de la navette Atlantis.
25 avr. 2021 à 06:22Temps de lecture2 min
Par Romane Carmon

Le 24 mars 1992, il décollait à bord de la navette Atlantis pour 8 jours, 22 heures, 9 minutes et 28 secondes en apesanteur. Aux côtés de 6 astronautes américains, Dirk Frimout devient le premier Belge à voyager dans l’espace.

Un bon bagage scientifique

Dirk Frimout au Kennedy Space Center, Floride (22/03/1992).

Né à Poperinge le 21 mars 1941, Dirk Frimout manifeste rapidement de l’intérêt pour la technique. Un diplôme d’ingénieur en électronique (1963) et un doctorat en physique appliquée (1970) en poche, il poursuit une carrière postdoctorale dans un laboratoire de physique atmosphérique et spatiale au Colorado.

C’est en 1977 que Dirk Frimout dépose sa première candidature à la NASA, comme astronaute, et est retenu parmi les douze premiers sur plus de 2.500 candidats européens.

La deuxième candidature, en 1985, sera la bonne, et lui permet de rejoindre la réserve de la NASA. Prévu pour l’année suivante, le vol est finalement reporté à 1992, suite à l’explosion du Challenger.

Les sept membres de l’équipage périssent à bord de cette navette américaine, le 28 janvier 1986, 7 secondes à peine après le décollage. Dans une récente interview accordée au Vif, Frimout raconte que ce tragique événement ne l’avait pas freiné dans ses ambitions :

"Le lancement raté de Challenger, on y a assisté en temps réel – alors même que l’on se préparait à partir en mission. Deux jours plus tard, le boss nous a convoqués un par un, et a proposé à ceux qui le voulaient de démissionner. Personne ne l’a fait. Il y a des dangers, c’est vrai, mais les astronautes les connaissent mieux que quiconque."

Une expérience unique

Les 7 astronautes après le succès de la mission spatiale Atlantis STS-45 - Kennedy Space Center.

Le 24 mars 1992, Frimout monte à bord de la navette spatiale aux côtés de six Américains. Un rêve devenu réalité pour cet astronaute belge, âgé de 51 ans à l’époque, à qui on avait tant ressassé que l’aventure spatiale était réservée aux jeunes.

À bord de la mission spatiale Atlantis STS-45, Frimout est chargé d’observer l’influence du soleil sur l’atmosphère de la Terre. En 8 jours, 22 heures, 9 minutes et 28 secondes, l’Atlantis STS-45 effectue 143 fois le tour de notre planète.

La "Frimout Mania"

De retour les pieds sur Terre, Dirk Frimout s’apprête à reprendre sa vie d’avant, presque comme si de rien n’était. Entre-temps, il était devenu la fierté de son pays. Un astéroïde allait bientôt porter son nom et, le 30 juin 1993, le Roi Baudouin lui concède la noblesse héréditaire ainsi que le titre personnel de vicomte.

"Je n’étais qu’un scientifique anonyme, et du jour au lendemain, on me reconnaissait partout. Heureusement, la mission m’a rendu un peu plus philosophe qu’avant." confie-t-il au Vif.

Après la mission, l’astronaute prend ensuite la direction de plusieurs équipes de recherche dans différents domaines comme les télécommunications, de la reconnaissance vocale et de la biotech.

Docteur honoris causa de l’Université de Liège en 2012, il reçoit le grade de Grand Officier de l’Ordre de Léopold. Son livre, intitulé "En quête de la planète bleue" offre une vue sur son voyage spatial de l’intérieur.

Sur le même sujet

Passionnée d’astronomie, Oriane invite Dirk Frimout dans son école à Nil-Saint-Vincent: l’astronaute est venu lui rendre visite

Régions Brabant wallon

Vie universitaire : le "Printemps des Sciences", parrainé par Dirk Frimout, commence ce lundi

Articles recommandés pour vous